Recettes de cocktails, spiritueux et bars locaux

Un Italien acquitté d'avoir volé des aubergines après 9 ans de bataille judiciaire

Un Italien acquitté d'avoir volé des aubergines après 9 ans de bataille judiciaire


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

La bataille des aubergines a coûté plus de 8 000 $ en fonds publics au fil des ans

Le temps des rêves

Une bagarre pour une aubergine a coûté 8 000 $ de fonds publics en Italie.

Une bataille judiciaire qui a duré près d'une décennie et a coûté des milliers de dollars en fonds publics est enfin terminée après que la plus haute cour d'appel d'Italie a acquitté l'accusé du vol d'une seule aubergine en 2009.

Selon The Local, Italie, l'accusé a été arrêté en 2009 lorsque la police l'a attrapé avec une aubergine qu'il aurait prise dans un champ privé près de Lecce, dans la région des Pouilles, dans le sud de l'Italie. L'homme, qui avait 49 ans à l'époque, aurait supplié la police et aurait déclaré qu'il était au chômage et qu'il avait pris l'aubergine parce qu'il voulait désespérément nourrir son enfant. Il a été arrêté et inculpé de toute façon, et il a été condamné à cinq mois de prison et à une amende de 500 euros, équivalant alors à environ 660 $.

L'homme a fait appel du jugement et sa peine a été réduite à deux mois de prison et 120 euros d'amende, soit environ 158 $. Le conseil juridique de l'homme l'aurait encouragé à faire à nouveau appel, cette fois devant la Cour suprême de cassation de Rome, la plus haute cour d'appel d'Italie.

Neuf ans après que l'homme a été initialement arrêté pour le vol d'aubergines, le tribunal l'a acquitté, affirmant qu'il y avait des motifs de justification parce que l'accusé agissait pour nourrir sa famille affamée. Le tribunal a également reproché aux juridictions inférieures d'avoir laissé l'affaire aller aussi loin et a déclaré qu'au fil des ans, l'affaire avait coûté environ 7 000 euros, soit 8 600 $, de fonds publics en frais juridiques. Votre propre aubergine - cultivée ou achetée, pas volée - serait parfaite dans l'une de nos meilleures recettes d'aubergines.


Historien de Petaluma

Bar à Gilardi’s Corner, 1940s (photo Sonoma County Library)

Le chic Lanai Lounge a ouvert ses portes à l'hôtel Petaluma le 16 août 1938. Occupant tout le coin avant de l'hôtel, il était orné de peintures murales des mers du Sud, de bananes suspendues au plafond, d'un étang de carpes koï et d'un bar en forme de fer à cheval qui servait des plats exotiques. cocktails au rhum, transportant ses clients dans un paradis tropical romantique et langoureux de meubles en rotin, de colliers de fleurs et de musique hawaïenne en direct.

Pour le plus grand plaisir de l'hôtelier Vernon Peck, le salon a fait sensation du jour au lendemain. Le Golden Gate Bridge avait ouvert l'année précédente, et des vagues de touristes traversaient la ville sur la Redwood Highway, se dirigeant vers les stations balnéaires le long de la Russian River, où ils ont dansé toute la nuit au son des grands groupes de Harry James, Buddy Rogers et Glenn. Meunier.

Hôtel Petaluma, 1938 (photo Bibliothèque du comté de Sonoma)

Pendant ce temps, la culture Tiki balayait la région de la baie, ayant fait sensation en 1937 avec l'ouverture du restaurant Trader Vic's à Oakland. Alors que la nouvelle se répandait sur l'attraction exotique de Peck en bord de route, les membres du Bohemian Grove, un club masculin exclusif de Monte Rio, ont fait des escales rituelles au salon sur le chemin de San Francisco à leur rassemblement annuel d'été sur la rivière Russian. Leurs limousines avec chauffeur alignées devant l'hôtel ont fait sensation en ville.

Publicité annonçant l'ouverture du Lanai Lounge, 1938 (Petaluma Argus-Courier

Ce cachet a contribué à attirer l'autre clientèle cible de Peck, l'« ensemble intelligent » de Petaluma. Alors qu'un certain nombre de bars et de tavernes d'épicerie ont vu le jour dans la ville après l'abrogation de la Prohibition en 1933, il y avait une foule de jeunes hommes et femmes plus attirés par l'attrait des boîtes de nuit. C'était en grande partie une gueule de bois des speakeasies de la Prohibition, qui ont inauguré à la fois la culture du cocktail et les sexes mixtes buvant ensemble dans un établissement semi-public.

Mike Gilardi, propriétaire d'un magasin de cigares en face de l'hôtel, avait transformé son magasin en un bar-salon populaire en 1937, proposant du jazz, de la danse et une mixologie passionnante de nouvelles frondes et pétillants.

Gilardi’s Corner à Washington & Kentucky Streets, c. 1949 (photo Bibliothèque du comté de Sonoma)

S'appuyant sur le succès de Gilardi's Corner, le Lanai Lounge est rapidement devenu le deuxième point d'ancrage de la « rangée des boîtes de nuit » de Petaluma.

Peck avait besoin de l'entreprise. La Grande Dépression avait mis de nombreuses propriétés hôtelières sous séquestre, ou bien les avait entièrement transformées en hôtels à chambre unique (SRO). Les hommes d'affaires et les vendeurs itinérants commençaient à prendre des chambres dans les nouveaux motels bon marché construits le long des autoroutes, ce qui, en plus d'un parking pratique, les soulageait également d'un gant de personnel d'hôtel avec leurs mains pour obtenir des pourboires.

Couverture de pochette d'allumettes Lanai Lounge (image dans le domaine public)

En 1940, après avoir guidé avec succès l'hôtel Petaluma à travers la Grande Dépression, Vernon Peck partit pour un hôtel à Los Angeles, vendant son bail à Harold Eckart, un hôtelier d'Olympia, Washington. Eckart a entrepris une rénovation majeure de l'hôtel en 1945, y compris une rénovation complète du Lanai Lounge, qu'il a rebaptisé Redwood Room. Récemment décoré avec de grandes peintures murales de séquoias, le bar-salon est rapidement devenu un lieu de prédilection de la société de café d'après-guerre de Petaluma, connue sous le nom de « 400 ».

Carte postale de murale dans la salle Redwood (image domaine public)

Ils ont été sérénadés presque tous les soirs par Earle Bond, un joueur d'orgue de renommée locale. Eckart a également créé un studio dans l'hôtel pour la branche locale de la station de radio Santa Rosa KSRO, et sur le toit une station de repérage de la patrouille aérienne civile qui a continué à fonctionner pendant la guerre froide.

Salle Redwood au coin de l'hôtel Petaluma, 1954 (photo Bibliothèque du comté de Sonoma)

L'ouverture de l'autoroute 101 à l'est de la ville en 1956 a mis fin aux voyageurs qui traversaient le centre-ville sur l'autoroute Redwood. Comme des motels bon marché étaient disponibles juste à côté de l'autoroute, l'hôtel Petaluma est devenu principalement un SRO.

En 1959, l'Elks Club local, à la recherche de plus d'espace pour ses réunions de club, a acheté l'hôtel à la fiducie d'origine Petaluma Hotel Company pour 91 160 $, bien en deçà des 285 000 $ que les citoyens locaux avaient investis en 1924, lorsque l'hôtel a été construit à la manière de GoFundMe. . Les Elks ont fermé la salle Redwood, la découpant en magasins de détail, bloqué le hall pour les espaces de réunion et couvert l'entrée de la cour ouverte, la transformant en un bar exclusif pour les membres du club.

Ed Mannion et Bill Soberanes de l'Argus-Courier devant Gilardi's Corner à la veille de sa démolition en 1967 (photo Sonoma County Library)

En 1967, Gilardi's Corner tomba sous le coup de la boule de démolition lorsque Washington Street fut élargie en quatre voies. Un parking pour la banque du coin a finalement été construit à sa place, effaçant la dernière rangée de boîtes de nuit de Petaluma.

Petaluma Argus-Courrier: "Lanai Cocktail Lounge ouvre à l'hôtel," 17 août 1938 "KSRO pour fermer la gare locale," 16 février 1951 "Grâce au nouvel hôtel Petaluma, cette ville propose des hébergements à la population locale, des voyageurs inégalés," 29 novembre 1953 " Le projet d'hôtel Elks coûtera 50 000 $ », 22 janvier 1960 « Les années 50 colorées à Petaluma », 22 janvier 1969.

chronique de Bill Soberanes, Petaluma Argus-Courrier: 3 juillet 1959, 17 août 1971, 29 octobre 1974, 7 juillet 1978, 24 octobre 1980, 2 février 2000.

Démocrate de presse de Santa Rosa: « 35 000 $ à investir dans des « motels » », 20 mars 1938.


Historien de Petaluma

Bar à Gilardi’s Corner, 1940s (photo Sonoma County Library)

Le chic Lanai Lounge a ouvert ses portes à l'hôtel Petaluma le 16 août 1938. Occupant tout le coin avant de l'hôtel, il était orné de peintures murales des mers du Sud, de bananes suspendues au plafond, d'un étang de carpes koï et d'un bar en forme de fer à cheval qui servait des plats exotiques. cocktails au rhum, transportant ses clients dans un paradis tropical romantique et langoureux de meubles en rotin, de colliers de fleurs et de musique hawaïenne en direct.

Pour le plus grand plaisir de l'hôtelier Vernon Peck, le salon a fait sensation du jour au lendemain. Le Golden Gate Bridge avait ouvert l'année précédente, et des vagues de touristes traversaient la ville sur la Redwood Highway, se dirigeant vers les stations balnéaires le long de la Russian River, où ils ont dansé toute la nuit au son des grands groupes de Harry James, Buddy Rogers et Glenn. Meunier.

Hôtel Petaluma, 1938 (photo Bibliothèque du comté de Sonoma)

Pendant ce temps, la culture Tiki balayait la région de la baie, ayant fait sensation en 1937 avec l'ouverture du restaurant Trader Vic's à Oakland. Alors que la nouvelle se répandait sur l'attraction exotique de Peck en bord de route, les membres du Bohemian Grove, un club masculin exclusif de Monte Rio, ont fait des escales rituelles au salon sur le chemin de San Francisco à leur rassemblement annuel d'été sur la rivière Russian. Leurs limousines avec chauffeur alignées devant l'hôtel ont fait sensation en ville.

Publicité annonçant l'ouverture du Lanai Lounge, 1938 (Petaluma Argus-Courier

Ce cachet a contribué à attirer l'autre clientèle cible de Peck, l'« ensemble intelligent » de Petaluma. Alors qu'un certain nombre de bars et de tavernes d'épicerie ont vu le jour dans la ville après l'abrogation de la Prohibition en 1933, il y avait une foule de jeunes hommes et femmes plus attirés par l'attrait des boîtes de nuit. C'était en grande partie une gueule de bois des speakeasies de la Prohibition, qui ont inauguré à la fois la culture du cocktail et les sexes mixtes buvant ensemble dans un établissement semi-public.

Mike Gilardi, propriétaire d'un magasin de cigares en face de l'hôtel, avait transformé son magasin en un bar-salon populaire en 1937, proposant du jazz, de la danse et une mixologie passionnante de nouvelles frondes et pétillants.

Gilardi’s Corner à Washington & Kentucky Streets, c. 1949 (photo Bibliothèque du comté de Sonoma)

S'appuyant sur le succès de Gilardi's Corner, le Lanai Lounge est rapidement devenu le deuxième point d'ancrage de la « rangée des boîtes de nuit » de Petaluma.

Peck avait besoin de l'entreprise. La Grande Dépression avait mis de nombreuses propriétés hôtelières sous séquestre, ou bien les avait entièrement transformées en hôtels à chambre unique (SRO). Les hommes d'affaires et les vendeurs itinérants commençaient à prendre des chambres dans les nouveaux motels bon marché construits le long des autoroutes, ce qui, en plus d'un parking pratique, les soulageait également d'un gant de personnel d'hôtel avec leurs mains pour obtenir des pourboires.

Couverture de pochette d'allumettes Lanai Lounge (image dans le domaine public)

En 1940, après avoir guidé avec succès l'hôtel Petaluma à travers la Grande Dépression, Vernon Peck partit pour un hôtel à Los Angeles, vendant son bail à Harold Eckart, un hôtelier d'Olympia, Washington. Eckart a entrepris une rénovation majeure de l'hôtel en 1945, y compris une rénovation complète du Lanai Lounge, qu'il a rebaptisé Redwood Room. Récemment décoré avec de grandes peintures murales de séquoias, le bar-salon est rapidement devenu un lieu de prédilection de la société de café d'après-guerre de Petaluma, connue sous le nom de « 400 ».

Carte postale de murale dans la salle Redwood (image domaine public)

Ils ont été sérénadés presque tous les soirs par Earle Bond, un joueur d'orgue de renommée locale. Eckart a également créé un studio dans l'hôtel pour la branche locale de la station de radio Santa Rosa KSRO, et sur le toit une station de repérage de la patrouille aérienne civile qui a continué à fonctionner pendant la guerre froide.

Salle Redwood au coin de l'hôtel Petaluma, 1954 (photo Bibliothèque du comté de Sonoma)

L'ouverture de l'autoroute 101 à l'est de la ville en 1956 a mis fin aux voyageurs qui traversaient le centre-ville sur l'autoroute Redwood. Comme des motels bon marché étaient disponibles juste à côté de l'autoroute, l'hôtel Petaluma est devenu principalement un SRO.

En 1959, l'Elks Club local, à la recherche de plus d'espace pour ses réunions de club, a acheté l'hôtel à la fiducie d'origine Petaluma Hotel Company pour 91 160 $, bien en deçà des 285 000 $ que les citoyens locaux avaient investis en 1924, lorsque l'hôtel a été construit à la manière de GoFundMe. . Les Elks ont fermé la salle Redwood, la découpant en magasins de détail, bloqué le hall pour les espaces de réunion et couvert l'entrée de la cour ouverte, la transformant en un bar exclusif pour les membres du club.

Ed Mannion et Bill Soberanes de l'Argus-Courier devant Gilardi's Corner à la veille de sa démolition en 1967 (photo Sonoma County Library)

En 1967, Gilardi's Corner tomba sous le coup de la boule de démolition lorsque Washington Street fut élargie en quatre voies. Un parking pour la banque du coin a finalement été construit à sa place, effaçant la dernière rangée de boîtes de nuit de Petaluma.

Petaluma Argus-Courrier: "Lanai Cocktail Lounge ouvre à l'hôtel," 17 août 1938 "KSRO pour fermer la gare locale," 16 février 1951 "Grâce au nouvel hôtel Petaluma, cette ville propose des hébergements à la population locale, des voyageurs inégalés," 29 novembre 1953 " Le projet d'hôtel Elks coûtera 50 000 $ », 22 janvier 1960 « Les années 50 colorées à Petaluma », 22 janvier 1969.

chronique de Bill Soberanes, Petaluma Argus-Courrier: 3 juillet 1959, 17 août 1971, 29 octobre 1974, 7 juillet 1978, 24 octobre 1980, 2 février 2000.

Démocrate de presse de Santa Rosa: « 35 000 $ à investir dans des « motels » », 20 mars 1938.


Historien de Petaluma

Bar à Gilardi’s Corner, 1940s (photo Bibliothèque du comté de Sonoma)

Le chic Lanai Lounge a ouvert ses portes à l'hôtel Petaluma le 16 août 1938. Occupant tout le coin avant de l'hôtel, il était orné de peintures murales des mers du Sud, de bananes suspendues au plafond, d'un étang de carpes koï et d'un bar en forme de fer à cheval qui servait des plats exotiques. cocktails au rhum, transportant ses clients dans un paradis tropical romantique et langoureux de meubles en rotin, de colliers de fleurs et de musique hawaïenne en direct.

Pour le plus grand plaisir de l'hôtelier Vernon Peck, le salon a fait sensation du jour au lendemain. Le Golden Gate Bridge avait ouvert l'année précédente, et des vagues de touristes traversaient la ville sur la Redwood Highway, se dirigeant vers les stations balnéaires le long de la Russian River, où ils ont dansé toute la nuit au son des grands groupes de Harry James, Buddy Rogers et Glenn. Meunier.

Hôtel Petaluma, 1938 (photo Bibliothèque du comté de Sonoma)

Pendant ce temps, la culture Tiki balayait la région de la baie, ayant fait sensation en 1937 avec l'ouverture du restaurant Trader Vic's à Oakland. Alors que la nouvelle se répandait sur l'attraction exotique de Peck en bord de route, les membres du Bohemian Grove, un club masculin exclusif de Monte Rio, ont fait des escales rituelles au salon sur le chemin de San Francisco à leur rassemblement annuel d'été sur la rivière Russian. Leurs limousines avec chauffeur alignées devant l'hôtel ont fait sensation en ville.

Publicité annonçant l'ouverture du Lanai Lounge, 1938 (Petaluma Argus-Courier

Ce cachet a contribué à attirer l'autre clientèle cible de Peck, l'« ensemble intelligent » de Petaluma. Alors qu'un certain nombre de bars et de tavernes d'épicerie ont vu le jour dans la ville après l'abrogation de la Prohibition en 1933, il y avait une foule de jeunes hommes et femmes plus attirés par l'attrait des boîtes de nuit. C'était en grande partie une gueule de bois des speakeasies de la Prohibition, qui ont inauguré à la fois la culture du cocktail et les sexes mixtes buvant ensemble dans un établissement semi-public.

Mike Gilardi, propriétaire d'un magasin de cigares en face de l'hôtel, avait transformé son magasin en un bar-salon populaire en 1937, proposant du jazz, de la danse et une mixologie passionnante de nouvelles frondes et pétillants.

Gilardi’s Corner à Washington & Kentucky Streets, c. 1949 (photo Bibliothèque du comté de Sonoma)

S'appuyant sur le succès de Gilardi's Corner, le Lanai Lounge est rapidement devenu le deuxième point d'ancrage de la « rangée des boîtes de nuit » de Petaluma.

Peck avait besoin de l'entreprise. La Grande Dépression avait mis de nombreuses propriétés hôtelières sous séquestre, ou bien les avait entièrement transformées en hôtels à chambre unique (SRO). Les hommes d'affaires et les vendeurs itinérants commençaient à prendre des chambres dans les nouveaux motels bon marché construits le long des autoroutes, ce qui, en plus d'un parking pratique, les soulageait également d'un gant de personnel d'hôtel avec leurs mains pour obtenir des pourboires.

Couverture de pochette d'allumettes Lanai Lounge (image dans le domaine public)

En 1940, après avoir guidé avec succès l'hôtel Petaluma à travers la Grande Dépression, Vernon Peck partit pour un hôtel à Los Angeles, vendant son bail à Harold Eckart, un hôtelier d'Olympia, Washington. Eckart a entrepris une rénovation majeure de l'hôtel en 1945, y compris une rénovation complète du Lanai Lounge, qu'il a rebaptisé Redwood Room. Récemment décoré avec de grandes peintures murales de séquoias, le bar-salon est rapidement devenu un lieu de prédilection de la société de café d'après-guerre de Petaluma, connue sous le nom de « 400 ».

Carte postale de murale dans la salle Redwood (image domaine public)

Ils ont été sérénadés presque tous les soirs par Earle Bond, un joueur d'orgue de renommée locale. Eckart a également créé un studio dans l'hôtel pour la branche locale de la station de radio Santa Rosa KSRO, et sur le toit une station de repérage de la patrouille aérienne civile qui a continué à fonctionner pendant la guerre froide.

Salle Redwood au coin de l'hôtel Petaluma, 1954 (photo Bibliothèque du comté de Sonoma)

L'ouverture de l'autoroute 101 à l'est de la ville en 1956 a mis fin aux voyageurs qui traversaient le centre-ville sur l'autoroute Redwood. Comme des motels bon marché étaient disponibles juste à côté de l'autoroute, l'hôtel Petaluma est devenu principalement un SRO.

En 1959, le club local Elks, à la recherche de plus d'espace pour les réunions de leur club, a acheté l'hôtel à la fiducie d'origine de Petaluma Hotel Company pour 91 160 $, bien en deçà des 285 000 $ que les citoyens locaux avaient investis en 1924, lorsque l'hôtel a été construit à la manière de GoFundMe. . Les Elks ont fermé la salle Redwood, la découpant en magasins de détail, bloqué le hall pour les espaces de réunion et couvert l'entrée de la cour ouverte, la transformant en un bar exclusif pour les membres du club.

Ed Mannion et Bill Soberanes de l'Argus-Courier se tenant devant Gilardi's Corner à la veille de sa démolition en 1967 (photo Sonoma County Library)

En 1967, Gilardi's Corner tomba sous le coup de la boule de démolition lorsque Washington Street fut élargie en quatre voies. Un parking pour la banque du coin a finalement été construit à sa place, effaçant la dernière rangée de boîtes de nuit de Petaluma.

Petaluma Argus-Courrier: "Lanai Cocktail Lounge ouvre à l'hôtel," 17 août 1938 "KSRO pour fermer la gare locale," 16 février 1951 "Grâce au nouvel hôtel Petaluma, cette ville propose des hébergements à la population locale, des voyageurs inégalés," 29 novembre 1953 " Le projet d'hôtel Elks coûtera 50 000 $ », 22 janvier 1960 « Les années 50 colorées à Petaluma », 22 janvier 1969.

chronique de Bill Soberanes, Petaluma Argus-Courrier: 3 juillet 1959, 17 août 1971, 29 octobre 1974, 7 juillet 1978, 24 octobre 1980, 2 février 2000.

Démocrate de presse de Santa Rosa: « 35 000 $ à investir dans des « motels » », 20 mars 1938.


Historien de Petaluma

Bar à Gilardi’s Corner, 1940s (photo Bibliothèque du comté de Sonoma)

Le chic Lanai Lounge a ouvert ses portes à l'hôtel Petaluma le 16 août 1938. Occupant tout le coin avant de l'hôtel, il était orné de peintures murales des mers du Sud, de bananes suspendues au plafond, d'un étang de carpes koï et d'un bar en forme de fer à cheval qui servait des plats exotiques. cocktails au rhum, transportant ses clients dans un paradis tropical romantique et langoureux de meubles en rotin, de colliers de fleurs et de musique hawaïenne en direct.

Pour le plus grand plaisir de l'hôtelier Vernon Peck, le salon a fait sensation pendant la nuit. Le Golden Gate Bridge avait ouvert l'année précédente, et des vagues de touristes traversaient la ville sur la Redwood Highway, se dirigeant vers les stations balnéaires le long de la Russian River, où ils ont dansé toute la nuit au son des grands groupes de Harry James, Buddy Rogers et Glenn. Meunier.

Hôtel Petaluma, 1938 (photo Bibliothèque du comté de Sonoma)

Pendant ce temps, la culture Tiki balayait la région de la baie, ayant fait sensation en 1937 avec l'ouverture du restaurant Trader Vic's à Oakland. Alors que la nouvelle se répandait sur l'attraction exotique de Peck en bord de route, les membres du Bohemian Grove, un club masculin exclusif de Monte Rio, ont fait des escales rituelles au salon sur le chemin de San Francisco à leur rassemblement annuel d'été sur la rivière Russian. Leurs limousines avec chauffeur alignées devant l'hôtel ont fait sensation en ville.

Publicité annonçant l'ouverture du Lanai Lounge, 1938 (Petaluma Argus-Courier

Ce cachet a contribué à attirer l'autre clientèle cible de Peck, l'« ensemble intelligent » de Petaluma. Alors qu'un certain nombre de bars et de tavernes d'épicerie ont vu le jour dans la ville après l'abrogation de la Prohibition en 1933, il y avait une foule de jeunes hommes et femmes plus attirés par l'attrait des boîtes de nuit. C'était en grande partie une gueule de bois des speakeasies de la Prohibition, qui ont inauguré à la fois la culture du cocktail et les sexes mixtes buvant ensemble dans un établissement semi-public.

Mike Gilardi, propriétaire d'un magasin de cigares en face de l'hôtel, avait transformé son magasin en un bar-salon populaire en 1937, proposant du jazz, de la danse et une mixologie passionnante de nouvelles frondes et pétillants.

Gilardi’s Corner à Washington & Kentucky Streets, c. 1949 (photo Bibliothèque du comté de Sonoma)

S'appuyant sur le succès de Gilardi's Corner, le Lanai Lounge est rapidement devenu le deuxième point d'ancrage de la « rangée des boîtes de nuit » de Petaluma.

Peck avait besoin de l'entreprise. La Grande Dépression avait mis de nombreuses propriétés hôtelières sous séquestre, ou bien les avait entièrement transformées en hôtels à chambre unique (SRO). Les hommes d'affaires et les vendeurs itinérants commençaient à prendre des chambres dans les nouveaux motels bon marché construits le long des autoroutes, ce qui, en plus d'un parking pratique, les soulageait également d'un gant de personnel d'hôtel avec leurs mains pour obtenir des pourboires.

Couverture de pochette d'allumettes Lanai Lounge (image dans le domaine public)

En 1940, après avoir guidé avec succès l'hôtel Petaluma à travers la Grande Dépression, Vernon Peck partit pour un hôtel à Los Angeles, vendant son bail à Harold Eckart, un hôtelier d'Olympia, Washington. Eckart a entrepris une rénovation majeure de l'hôtel en 1945, y compris une rénovation complète du Lanai Lounge, qu'il a rebaptisé Redwood Room. Récemment décoré avec de grandes peintures murales de séquoias, le bar-salon est rapidement devenu un lieu de prédilection de la société de café d'après-guerre de Petaluma, connue sous le nom de « 400 ».

Carte postale de murale dans la salle Redwood (image domaine public)

Ils ont été sérénadés presque tous les soirs par Earle Bond, un joueur d'orgue de renommée locale. Eckart a également créé un studio dans l'hôtel pour la branche locale de la station de radio Santa Rosa KSRO, et sur le toit une station de repérage de la patrouille aérienne civile qui a continué à fonctionner pendant la guerre froide.

Salle Redwood au coin de l'hôtel Petaluma, 1954 (photo Bibliothèque du comté de Sonoma)

L'ouverture de l'autoroute 101 à l'est de la ville en 1956 a mis fin aux voyageurs qui traversaient le centre-ville sur l'autoroute Redwood. Comme des motels bon marché étaient disponibles juste à côté de l'autoroute, l'hôtel Petaluma est devenu principalement un SRO.

En 1959, l'Elks Club local, à la recherche de plus d'espace pour ses réunions de club, a acheté l'hôtel à la fiducie d'origine Petaluma Hotel Company pour 91 160 $, bien en deçà des 285 000 $ que les citoyens locaux avaient investis en 1924, lorsque l'hôtel a été construit à la manière de GoFundMe. . Les Elks ont fermé la salle Redwood, la découpant en magasins de détail, bloqué le hall pour les espaces de réunion et couvert l'entrée de la cour ouverte, la transformant en une salle de bar exclusive pour les membres du club.

Ed Mannion et Bill Soberanes de l'Argus-Courier devant Gilardi's Corner à la veille de sa démolition en 1967 (photo Sonoma County Library)

En 1967, Gilardi's Corner tomba sous le coup de la boule de démolition lorsque Washington Street fut élargie en quatre voies. Un parking pour la banque du coin a finalement été construit à sa place, effaçant la dernière rangée de boîtes de nuit de Petaluma.

Petaluma Argus-Courrier: "Lanai Cocktail Lounge ouvre à l'hôtel," 17 août 1938 "KSRO pour fermer la gare locale," 16 février 1951 "Grâce au nouvel hôtel Petaluma, cette ville propose des hébergements à la population locale, des voyageurs inégalés," 29 novembre 1953 " Le projet d'hôtel Elks coûtera 50 000 $ », 22 janvier 1960 « Les années 50 colorées à Petaluma », 22 janvier 1969.

chronique de Bill Soberanes, Petaluma Argus-Courrier: 3 juillet 1959, 17 août 1971, 29 octobre 1974, 7 juillet 1978, 24 octobre 1980, 2 février 2000.

Démocrate de presse de Santa Rosa: « 35 000 $ à investir dans des « motels » », 20 mars 1938.


Historien de Petaluma

Bar à Gilardi’s Corner, 1940s (photo Bibliothèque du comté de Sonoma)

Le chic Lanai Lounge a ouvert ses portes à l'hôtel Petaluma le 16 août 1938. Occupant tout le coin avant de l'hôtel, il était orné de peintures murales des mers du Sud, de bananes suspendues au plafond, d'un étang de carpes koï et d'un bar en forme de fer à cheval qui servait des plats exotiques. cocktails au rhum, transportant ses clients dans un paradis tropical romantique et langoureux de meubles en rotin, de colliers de fleurs et de musique hawaïenne en direct.

Pour le plus grand plaisir de l'hôtelier Vernon Peck, le salon a fait sensation du jour au lendemain. Le Golden Gate Bridge avait ouvert l'année précédente, et des vagues de touristes traversaient la ville sur la Redwood Highway, se dirigeant vers les stations balnéaires le long de la Russian River, où ils ont dansé toute la nuit au son des grands groupes de Harry James, Buddy Rogers et Glenn. Meunier.

Hôtel Petaluma, 1938 (photo Bibliothèque du comté de Sonoma)

Pendant ce temps, la culture Tiki balayait la région de la baie, ayant fait sensation en 1937 avec l'ouverture du restaurant Trader Vic's à Oakland. Alors que la nouvelle se répandait sur l'attraction exotique de Peck en bord de route, les membres du Bohemian Grove, un club masculin exclusif de Monte Rio, ont fait des escales rituelles au salon sur le chemin de San Francisco à leur rassemblement annuel d'été sur la rivière Russian. Leurs limousines avec chauffeur alignées devant l'hôtel ont fait sensation en ville.

Publicité annonçant l'ouverture du Lanai Lounge, 1938 (Petaluma Argus-Courier

Ce cachet a contribué à attirer l'autre clientèle cible de Peck, l'« ensemble intelligent » de Petaluma. Alors qu'un certain nombre de bars et de tavernes d'épicerie ont vu le jour dans la ville après l'abrogation de la Prohibition en 1933, il y avait une foule de jeunes hommes et femmes plus attirés par l'attrait des boîtes de nuit. C'était en grande partie une gueule de bois des speakeasies de la Prohibition, qui ont inauguré à la fois la culture du cocktail et les sexes mixtes buvant ensemble dans un établissement semi-public.

Mike Gilardi, propriétaire d'un magasin de cigares en face de l'hôtel, avait transformé son magasin en un bar-salon populaire en 1937, proposant du jazz, de la danse et une mixologie passionnante de nouvelles frondes et pétillants.

Gilardi’s Corner à Washington & Kentucky Streets, c. 1949 (photo Bibliothèque du comté de Sonoma)

S'appuyant sur le succès de Gilardi's Corner, le Lanai Lounge est rapidement devenu le deuxième point d'ancrage de la « rangée des boîtes de nuit » de Petaluma.

Peck avait besoin de l'entreprise. La Grande Dépression avait mis de nombreuses propriétés hôtelières sous séquestre, ou bien les avait entièrement transformées en hôtels à chambre unique (SRO). Les hommes d'affaires et les vendeurs itinérants commençaient à prendre des chambres dans les nouveaux motels bon marché construits le long des autoroutes, ce qui, en plus d'un parking pratique, les soulageait également d'un gant de personnel d'hôtel avec leurs mains pour obtenir des pourboires.

Couverture de pochette d'allumettes Lanai Lounge (image dans le domaine public)

En 1940, après avoir guidé avec succès l'hôtel Petaluma à travers la Grande Dépression, Vernon Peck partit pour un hôtel à Los Angeles, vendant son bail à Harold Eckart, un hôtelier d'Olympia, Washington. Eckart a entrepris une rénovation majeure de l'hôtel en 1945, y compris une rénovation complète du Lanai Lounge, qu'il a rebaptisé Redwood Room. Récemment décoré avec de grandes peintures murales de séquoias, le bar-salon est rapidement devenu un lieu de prédilection de la société de café d'après-guerre de Petaluma, connue sous le nom de « 400 ».

Carte postale de murale dans la salle Redwood (image domaine public)

Ils ont été sérénadés presque tous les soirs par Earle Bond, un joueur d'orgue de renommée locale. Eckart a également créé un studio dans l'hôtel pour la branche locale de la station de radio Santa Rosa KSRO, et sur le toit une station de repérage de la patrouille aérienne civile qui a continué à fonctionner pendant la guerre froide.

Salle Redwood au coin de l'hôtel Petaluma, 1954 (photo Bibliothèque du comté de Sonoma)

L'ouverture de l'autoroute 101 à l'est de la ville en 1956 a mis fin aux voyageurs qui traversaient le centre-ville sur l'autoroute Redwood. Comme des motels bon marché étaient disponibles juste à côté de l'autoroute, l'hôtel Petaluma est devenu principalement un SRO.

En 1959, l'Elks Club local, à la recherche de plus d'espace pour ses réunions de club, a acheté l'hôtel à la fiducie d'origine Petaluma Hotel Company pour 91 160 $, bien en deçà des 285 000 $ que les citoyens locaux avaient investis en 1924, lorsque l'hôtel a été construit à la manière de GoFundMe. . Les Elks ont fermé la salle Redwood, la découpant en magasins de détail, bloqué le hall pour les espaces de réunion et couvert l'entrée de la cour ouverte, la transformant en une salle de bar exclusive pour les membres du club.

Ed Mannion et Bill Soberanes de l'Argus-Courier devant Gilardi's Corner à la veille de sa démolition en 1967 (photo Sonoma County Library)

En 1967, Gilardi's Corner tomba sous le coup de la boule de démolition lorsque Washington Street fut élargie en quatre voies. Un parking pour la banque du coin a finalement été construit à sa place, effaçant la dernière rangée de boîtes de nuit de Petaluma.

Petaluma Argus-Courrier: "Lanai Cocktail Lounge ouvre à l'hôtel," 17 août 1938 "KSRO pour fermer la gare locale," 16 février 1951 "Grâce au nouvel hôtel Petaluma, cette ville propose des hébergements à la population locale, des voyageurs inégalés," 29 novembre 1953 " Le projet d'hôtel Elks coûtera 50 000 $ », 22 janvier 1960 « Les années 50 colorées à Petaluma », 22 janvier 1969.

chronique de Bill Soberanes, Petaluma Argus-Courrier: 3 juillet 1959, 17 août 1971, 29 octobre 1974, 7 juillet 1978, 24 octobre 1980, 2 février 2000.

Démocrate de presse de Santa Rosa: « 35 000 $ à investir dans des « motels » », 20 mars 1938.


Historien de Petaluma

Bar à Gilardi’s Corner, 1940s (photo Sonoma County Library)

Le chic Lanai Lounge a ouvert ses portes à l'hôtel Petaluma le 16 août 1938. Occupant tout le coin avant de l'hôtel, il était orné de peintures murales des mers du Sud, de bananes suspendues au plafond, d'un étang de carpes koï et d'un bar en forme de fer à cheval servant des plats exotiques. cocktails au rhum, transportant ses clients dans un paradis tropical romantique et langoureux de meubles en rotin, de colliers de fleurs et de musique hawaïenne en direct.

Pour le plus grand plaisir de l'hôtelier Vernon Peck, le salon a fait sensation du jour au lendemain. Le Golden Gate Bridge avait ouvert l'année précédente, et des vagues de touristes traversaient la ville sur la Redwood Highway, se dirigeant vers les stations balnéaires le long de la Russian River, où ils ont dansé toute la nuit au son des grands groupes de Harry James, Buddy Rogers et Glenn. Meunier.

Hôtel Petaluma, 1938 (photo Bibliothèque du comté de Sonoma)

Pendant ce temps, la culture Tiki balayait la région de la baie, ayant fait sensation en 1937 avec l'ouverture du restaurant Trader Vic's à Oakland. As word spread of Peck’s exotic roadside attraction, members of the Bohemian Grove, an exclusive Monte Rio men’s club, made ritual stopovers at the lounge on their way from San Francisco to their annual summer gathering on the Russian River. Their chauffeured limousines lined up outside the hotel caused a sensation in town.

Ad announcing Lanai Lounge opening, 1938 (Petaluma Argus-Courier

That cachet helped draw in Peck’s other target clientele, Petaluma’s “smart set.” While a number of bars and grocery taverns sprang up around town following Prohibition’s repeal in 1933, there was a crowd of young men and women more attracted to the lure of night clubs. That was largely a hangover from the speakeasies of Prohibition, which ushered in both the cocktail culture and mixed sexes drinking together in a semi-public establishment.

Mike Gilardi, owner of a cigar store across the street from the hotel, had converted his store into a popular cocktail lounge in 1937, offering jazz, dancing, and an exciting mixology of new slings and fizzes.

Gilardi’s Corner at Washington & Kentucky streets, c. 1949 (photo Sonoma County Library)

Piggybacking on the success of Gilardi’s Corner, the Lanai Lounge quickly became the second anchor of Petaluma’s “night club row.”

Peck needed the business. The Great Depression had sent many hotel properties into receivership, or else turned them entirely into single-room occupancy hotels (SROs). Traveling businessmen and salesmen were starting to take rooms in the inexpensive new motels being built along the highways, which, in addition to convenient parking, also relieved them from running a gauntlet of hotel staff with their hands out for tips.

Lanai Lounge matchbook cover (image in public domain)

In 1940, after successfully guiding the Hotel Petaluma through the Great Depression, Vernon Peck departed for a hotel in Los Angeles, selling his lease to Harold Eckart, a hotelier from Olympia, Washington. Eckart undertook a major renovation of the hotel in 1945, including a complete makeover of the Lanai Lounge, which he rechristened the Redwood Room. Newly decorated with large photo murals of the redwoods, the cocktail lounge quickly became a favorite hangout of Petaluma’s postwar café society, known as “the 400.”

Postcard of mural in the Redwood Room (image public domain)

They were serenaded most evenings by Earle Bond, a locally renowned organ player. Eckart also created a studio in the hotel for the local arm of the Santa Rosa radio station KSRO, and on the roof a Civil Air Patrol spotting station that continued to operate during the Cold War.

Redwood Room at corner of Hotel Petaluma, 1954 (photo Sonoma County Library)

The opening of Highway 101 to the east of town in 1956 put an end to travelers passing through the downtown on the Redwood Highway. As inexpensive motels were available just off the freeway, the Hotel Petaluma converted to being primarily an SRO.

In 1959, the local Elks Club, seeking more space for their club gatherings, purchased the hotel from the original Petaluma Hotel Company trust for $91,160, far short of the $285,000 local citizens had invested in 1924, when the hotel was built in a GoFundMe fashion. The Elks closed off the Redwood Room, carving it up into retail shops, blocked out the lobby for meeting spaces, and roofed over the open courtyard entrance, turning it into an exclusive barroom for club members.

Ed Mannion and Bill Soberanes of the Argus-Courier standing outside Gilardi’s Corner on the eve of its demolition in 1967 (photo Sonoma County Library)

In 1967, Gilardi’s Corner fell to the wrecking ball when Washington Street was widened into four lanes. A parking lot for the corner bank was eventually built in its place, erasing the last of Petaluma’s night club row.

Petaluma Argus-Courier: “Lanai Cocktail Lounge Opens at Hotel,” August 17, 1938 “KSRO to Close Local Station,” February 16, 1951 “Through the New Hotel Petaluma This City Offers Accommodations to Local People, Travelers-Unexcelled,” November 29, 1953 “Elks Hotel Project Will Cost $50,000,” January 22, 1960 “Colorful Fifties in Petaluma,” January 22, 1969.

Bill Soberanes column, Petaluma Argus-Courier: July 3, 1959, August 17, 1971, October 29, 1974, July 7, 1978, October 24, 1980, February 2, 2000.

Santa Rosa Press Democrat: “$35,000 to be Invested in ‘Motels,’” March 20, 1938.


Petaluma Historian

Bar at Gilardi’s Corner, 1940s (photo Sonoma County Library)

The swanky Lanai Lounge opened in the Hotel Petaluma on August 16, 1938. Taking up the hotel’s entire front corner, it was adorned with South Seas murals, bananas hanging from the ceiling, a koi pond, and a horseshoe-shaped bar that served exotic rum cocktails, transporting its customers to a romantic and languorous tropical paradise of rattan furniture, flower leis, and live Hawaiian music.

To the delight of hotel operator Vernon Peck, the lounge was an overnight sensation. The Golden Gate Bridge had opened the year before, and waves of tourists were passing through town on the Redwood Highway, headed for resorts along the Russian River, where they danced the night away to the big bands of Harry James, Buddy Rogers, and Glenn Miller.

Hotel Petaluma, 1938 (photo Sonoma County Library)

Meanwhile, Tiki culture was sweeping the Bay Area, having made a big splash in 1937 with the opening of Trader Vic’s restaurant in Oakland. As word spread of Peck’s exotic roadside attraction, members of the Bohemian Grove, an exclusive Monte Rio men’s club, made ritual stopovers at the lounge on their way from San Francisco to their annual summer gathering on the Russian River. Their chauffeured limousines lined up outside the hotel caused a sensation in town.

Ad announcing Lanai Lounge opening, 1938 (Petaluma Argus-Courier

That cachet helped draw in Peck’s other target clientele, Petaluma’s “smart set.” While a number of bars and grocery taverns sprang up around town following Prohibition’s repeal in 1933, there was a crowd of young men and women more attracted to the lure of night clubs. That was largely a hangover from the speakeasies of Prohibition, which ushered in both the cocktail culture and mixed sexes drinking together in a semi-public establishment.

Mike Gilardi, owner of a cigar store across the street from the hotel, had converted his store into a popular cocktail lounge in 1937, offering jazz, dancing, and an exciting mixology of new slings and fizzes.

Gilardi’s Corner at Washington & Kentucky streets, c. 1949 (photo Sonoma County Library)

Piggybacking on the success of Gilardi’s Corner, the Lanai Lounge quickly became the second anchor of Petaluma’s “night club row.”

Peck needed the business. The Great Depression had sent many hotel properties into receivership, or else turned them entirely into single-room occupancy hotels (SROs). Traveling businessmen and salesmen were starting to take rooms in the inexpensive new motels being built along the highways, which, in addition to convenient parking, also relieved them from running a gauntlet of hotel staff with their hands out for tips.

Lanai Lounge matchbook cover (image in public domain)

In 1940, after successfully guiding the Hotel Petaluma through the Great Depression, Vernon Peck departed for a hotel in Los Angeles, selling his lease to Harold Eckart, a hotelier from Olympia, Washington. Eckart undertook a major renovation of the hotel in 1945, including a complete makeover of the Lanai Lounge, which he rechristened the Redwood Room. Newly decorated with large photo murals of the redwoods, the cocktail lounge quickly became a favorite hangout of Petaluma’s postwar café society, known as “the 400.”

Postcard of mural in the Redwood Room (image public domain)

They were serenaded most evenings by Earle Bond, a locally renowned organ player. Eckart also created a studio in the hotel for the local arm of the Santa Rosa radio station KSRO, and on the roof a Civil Air Patrol spotting station that continued to operate during the Cold War.

Redwood Room at corner of Hotel Petaluma, 1954 (photo Sonoma County Library)

The opening of Highway 101 to the east of town in 1956 put an end to travelers passing through the downtown on the Redwood Highway. As inexpensive motels were available just off the freeway, the Hotel Petaluma converted to being primarily an SRO.

In 1959, the local Elks Club, seeking more space for their club gatherings, purchased the hotel from the original Petaluma Hotel Company trust for $91,160, far short of the $285,000 local citizens had invested in 1924, when the hotel was built in a GoFundMe fashion. The Elks closed off the Redwood Room, carving it up into retail shops, blocked out the lobby for meeting spaces, and roofed over the open courtyard entrance, turning it into an exclusive barroom for club members.

Ed Mannion and Bill Soberanes of the Argus-Courier standing outside Gilardi’s Corner on the eve of its demolition in 1967 (photo Sonoma County Library)

In 1967, Gilardi’s Corner fell to the wrecking ball when Washington Street was widened into four lanes. A parking lot for the corner bank was eventually built in its place, erasing the last of Petaluma’s night club row.

Petaluma Argus-Courier: “Lanai Cocktail Lounge Opens at Hotel,” August 17, 1938 “KSRO to Close Local Station,” February 16, 1951 “Through the New Hotel Petaluma This City Offers Accommodations to Local People, Travelers-Unexcelled,” November 29, 1953 “Elks Hotel Project Will Cost $50,000,” January 22, 1960 “Colorful Fifties in Petaluma,” January 22, 1969.

Bill Soberanes column, Petaluma Argus-Courier: July 3, 1959, August 17, 1971, October 29, 1974, July 7, 1978, October 24, 1980, February 2, 2000.

Santa Rosa Press Democrat: “$35,000 to be Invested in ‘Motels,’” March 20, 1938.


Petaluma Historian

Bar at Gilardi’s Corner, 1940s (photo Sonoma County Library)

The swanky Lanai Lounge opened in the Hotel Petaluma on August 16, 1938. Taking up the hotel’s entire front corner, it was adorned with South Seas murals, bananas hanging from the ceiling, a koi pond, and a horseshoe-shaped bar that served exotic rum cocktails, transporting its customers to a romantic and languorous tropical paradise of rattan furniture, flower leis, and live Hawaiian music.

To the delight of hotel operator Vernon Peck, the lounge was an overnight sensation. The Golden Gate Bridge had opened the year before, and waves of tourists were passing through town on the Redwood Highway, headed for resorts along the Russian River, where they danced the night away to the big bands of Harry James, Buddy Rogers, and Glenn Miller.

Hotel Petaluma, 1938 (photo Sonoma County Library)

Meanwhile, Tiki culture was sweeping the Bay Area, having made a big splash in 1937 with the opening of Trader Vic’s restaurant in Oakland. As word spread of Peck’s exotic roadside attraction, members of the Bohemian Grove, an exclusive Monte Rio men’s club, made ritual stopovers at the lounge on their way from San Francisco to their annual summer gathering on the Russian River. Their chauffeured limousines lined up outside the hotel caused a sensation in town.

Ad announcing Lanai Lounge opening, 1938 (Petaluma Argus-Courier

That cachet helped draw in Peck’s other target clientele, Petaluma’s “smart set.” While a number of bars and grocery taverns sprang up around town following Prohibition’s repeal in 1933, there was a crowd of young men and women more attracted to the lure of night clubs. That was largely a hangover from the speakeasies of Prohibition, which ushered in both the cocktail culture and mixed sexes drinking together in a semi-public establishment.

Mike Gilardi, owner of a cigar store across the street from the hotel, had converted his store into a popular cocktail lounge in 1937, offering jazz, dancing, and an exciting mixology of new slings and fizzes.

Gilardi’s Corner at Washington & Kentucky streets, c. 1949 (photo Sonoma County Library)

Piggybacking on the success of Gilardi’s Corner, the Lanai Lounge quickly became the second anchor of Petaluma’s “night club row.”

Peck needed the business. The Great Depression had sent many hotel properties into receivership, or else turned them entirely into single-room occupancy hotels (SROs). Traveling businessmen and salesmen were starting to take rooms in the inexpensive new motels being built along the highways, which, in addition to convenient parking, also relieved them from running a gauntlet of hotel staff with their hands out for tips.

Lanai Lounge matchbook cover (image in public domain)

In 1940, after successfully guiding the Hotel Petaluma through the Great Depression, Vernon Peck departed for a hotel in Los Angeles, selling his lease to Harold Eckart, a hotelier from Olympia, Washington. Eckart undertook a major renovation of the hotel in 1945, including a complete makeover of the Lanai Lounge, which he rechristened the Redwood Room. Newly decorated with large photo murals of the redwoods, the cocktail lounge quickly became a favorite hangout of Petaluma’s postwar café society, known as “the 400.”

Postcard of mural in the Redwood Room (image public domain)

They were serenaded most evenings by Earle Bond, a locally renowned organ player. Eckart also created a studio in the hotel for the local arm of the Santa Rosa radio station KSRO, and on the roof a Civil Air Patrol spotting station that continued to operate during the Cold War.

Redwood Room at corner of Hotel Petaluma, 1954 (photo Sonoma County Library)

The opening of Highway 101 to the east of town in 1956 put an end to travelers passing through the downtown on the Redwood Highway. As inexpensive motels were available just off the freeway, the Hotel Petaluma converted to being primarily an SRO.

In 1959, the local Elks Club, seeking more space for their club gatherings, purchased the hotel from the original Petaluma Hotel Company trust for $91,160, far short of the $285,000 local citizens had invested in 1924, when the hotel was built in a GoFundMe fashion. The Elks closed off the Redwood Room, carving it up into retail shops, blocked out the lobby for meeting spaces, and roofed over the open courtyard entrance, turning it into an exclusive barroom for club members.

Ed Mannion and Bill Soberanes of the Argus-Courier standing outside Gilardi’s Corner on the eve of its demolition in 1967 (photo Sonoma County Library)

In 1967, Gilardi’s Corner fell to the wrecking ball when Washington Street was widened into four lanes. A parking lot for the corner bank was eventually built in its place, erasing the last of Petaluma’s night club row.

Petaluma Argus-Courier: “Lanai Cocktail Lounge Opens at Hotel,” August 17, 1938 “KSRO to Close Local Station,” February 16, 1951 “Through the New Hotel Petaluma This City Offers Accommodations to Local People, Travelers-Unexcelled,” November 29, 1953 “Elks Hotel Project Will Cost $50,000,” January 22, 1960 “Colorful Fifties in Petaluma,” January 22, 1969.

Bill Soberanes column, Petaluma Argus-Courier: July 3, 1959, August 17, 1971, October 29, 1974, July 7, 1978, October 24, 1980, February 2, 2000.

Santa Rosa Press Democrat: “$35,000 to be Invested in ‘Motels,’” March 20, 1938.


Petaluma Historian

Bar at Gilardi’s Corner, 1940s (photo Sonoma County Library)

The swanky Lanai Lounge opened in the Hotel Petaluma on August 16, 1938. Taking up the hotel’s entire front corner, it was adorned with South Seas murals, bananas hanging from the ceiling, a koi pond, and a horseshoe-shaped bar that served exotic rum cocktails, transporting its customers to a romantic and languorous tropical paradise of rattan furniture, flower leis, and live Hawaiian music.

To the delight of hotel operator Vernon Peck, the lounge was an overnight sensation. The Golden Gate Bridge had opened the year before, and waves of tourists were passing through town on the Redwood Highway, headed for resorts along the Russian River, where they danced the night away to the big bands of Harry James, Buddy Rogers, and Glenn Miller.

Hotel Petaluma, 1938 (photo Sonoma County Library)

Meanwhile, Tiki culture was sweeping the Bay Area, having made a big splash in 1937 with the opening of Trader Vic’s restaurant in Oakland. As word spread of Peck’s exotic roadside attraction, members of the Bohemian Grove, an exclusive Monte Rio men’s club, made ritual stopovers at the lounge on their way from San Francisco to their annual summer gathering on the Russian River. Their chauffeured limousines lined up outside the hotel caused a sensation in town.

Ad announcing Lanai Lounge opening, 1938 (Petaluma Argus-Courier

That cachet helped draw in Peck’s other target clientele, Petaluma’s “smart set.” While a number of bars and grocery taverns sprang up around town following Prohibition’s repeal in 1933, there was a crowd of young men and women more attracted to the lure of night clubs. That was largely a hangover from the speakeasies of Prohibition, which ushered in both the cocktail culture and mixed sexes drinking together in a semi-public establishment.

Mike Gilardi, owner of a cigar store across the street from the hotel, had converted his store into a popular cocktail lounge in 1937, offering jazz, dancing, and an exciting mixology of new slings and fizzes.

Gilardi’s Corner at Washington & Kentucky streets, c. 1949 (photo Sonoma County Library)

Piggybacking on the success of Gilardi’s Corner, the Lanai Lounge quickly became the second anchor of Petaluma’s “night club row.”

Peck needed the business. The Great Depression had sent many hotel properties into receivership, or else turned them entirely into single-room occupancy hotels (SROs). Traveling businessmen and salesmen were starting to take rooms in the inexpensive new motels being built along the highways, which, in addition to convenient parking, also relieved them from running a gauntlet of hotel staff with their hands out for tips.

Lanai Lounge matchbook cover (image in public domain)

In 1940, after successfully guiding the Hotel Petaluma through the Great Depression, Vernon Peck departed for a hotel in Los Angeles, selling his lease to Harold Eckart, a hotelier from Olympia, Washington. Eckart undertook a major renovation of the hotel in 1945, including a complete makeover of the Lanai Lounge, which he rechristened the Redwood Room. Newly decorated with large photo murals of the redwoods, the cocktail lounge quickly became a favorite hangout of Petaluma’s postwar café society, known as “the 400.”

Postcard of mural in the Redwood Room (image public domain)

They were serenaded most evenings by Earle Bond, a locally renowned organ player. Eckart also created a studio in the hotel for the local arm of the Santa Rosa radio station KSRO, and on the roof a Civil Air Patrol spotting station that continued to operate during the Cold War.

Redwood Room at corner of Hotel Petaluma, 1954 (photo Sonoma County Library)

The opening of Highway 101 to the east of town in 1956 put an end to travelers passing through the downtown on the Redwood Highway. As inexpensive motels were available just off the freeway, the Hotel Petaluma converted to being primarily an SRO.

In 1959, the local Elks Club, seeking more space for their club gatherings, purchased the hotel from the original Petaluma Hotel Company trust for $91,160, far short of the $285,000 local citizens had invested in 1924, when the hotel was built in a GoFundMe fashion. The Elks closed off the Redwood Room, carving it up into retail shops, blocked out the lobby for meeting spaces, and roofed over the open courtyard entrance, turning it into an exclusive barroom for club members.

Ed Mannion and Bill Soberanes of the Argus-Courier standing outside Gilardi’s Corner on the eve of its demolition in 1967 (photo Sonoma County Library)

In 1967, Gilardi’s Corner fell to the wrecking ball when Washington Street was widened into four lanes. A parking lot for the corner bank was eventually built in its place, erasing the last of Petaluma’s night club row.

Petaluma Argus-Courier: “Lanai Cocktail Lounge Opens at Hotel,” August 17, 1938 “KSRO to Close Local Station,” February 16, 1951 “Through the New Hotel Petaluma This City Offers Accommodations to Local People, Travelers-Unexcelled,” November 29, 1953 “Elks Hotel Project Will Cost $50,000,” January 22, 1960 “Colorful Fifties in Petaluma,” January 22, 1969.

Bill Soberanes column, Petaluma Argus-Courier: July 3, 1959, August 17, 1971, October 29, 1974, July 7, 1978, October 24, 1980, February 2, 2000.

Santa Rosa Press Democrat: “$35,000 to be Invested in ‘Motels,’” March 20, 1938.


Petaluma Historian

Bar at Gilardi’s Corner, 1940s (photo Sonoma County Library)

The swanky Lanai Lounge opened in the Hotel Petaluma on August 16, 1938. Taking up the hotel’s entire front corner, it was adorned with South Seas murals, bananas hanging from the ceiling, a koi pond, and a horseshoe-shaped bar that served exotic rum cocktails, transporting its customers to a romantic and languorous tropical paradise of rattan furniture, flower leis, and live Hawaiian music.

To the delight of hotel operator Vernon Peck, the lounge was an overnight sensation. The Golden Gate Bridge had opened the year before, and waves of tourists were passing through town on the Redwood Highway, headed for resorts along the Russian River, where they danced the night away to the big bands of Harry James, Buddy Rogers, and Glenn Miller.

Hotel Petaluma, 1938 (photo Sonoma County Library)

Meanwhile, Tiki culture was sweeping the Bay Area, having made a big splash in 1937 with the opening of Trader Vic’s restaurant in Oakland. As word spread of Peck’s exotic roadside attraction, members of the Bohemian Grove, an exclusive Monte Rio men’s club, made ritual stopovers at the lounge on their way from San Francisco to their annual summer gathering on the Russian River. Their chauffeured limousines lined up outside the hotel caused a sensation in town.

Ad announcing Lanai Lounge opening, 1938 (Petaluma Argus-Courier

That cachet helped draw in Peck’s other target clientele, Petaluma’s “smart set.” While a number of bars and grocery taverns sprang up around town following Prohibition’s repeal in 1933, there was a crowd of young men and women more attracted to the lure of night clubs. That was largely a hangover from the speakeasies of Prohibition, which ushered in both the cocktail culture and mixed sexes drinking together in a semi-public establishment.

Mike Gilardi, owner of a cigar store across the street from the hotel, had converted his store into a popular cocktail lounge in 1937, offering jazz, dancing, and an exciting mixology of new slings and fizzes.

Gilardi’s Corner at Washington & Kentucky streets, c. 1949 (photo Sonoma County Library)

Piggybacking on the success of Gilardi’s Corner, the Lanai Lounge quickly became the second anchor of Petaluma’s “night club row.”

Peck needed the business. The Great Depression had sent many hotel properties into receivership, or else turned them entirely into single-room occupancy hotels (SROs). Traveling businessmen and salesmen were starting to take rooms in the inexpensive new motels being built along the highways, which, in addition to convenient parking, also relieved them from running a gauntlet of hotel staff with their hands out for tips.

Lanai Lounge matchbook cover (image in public domain)

In 1940, after successfully guiding the Hotel Petaluma through the Great Depression, Vernon Peck departed for a hotel in Los Angeles, selling his lease to Harold Eckart, a hotelier from Olympia, Washington. Eckart undertook a major renovation of the hotel in 1945, including a complete makeover of the Lanai Lounge, which he rechristened the Redwood Room. Newly decorated with large photo murals of the redwoods, the cocktail lounge quickly became a favorite hangout of Petaluma’s postwar café society, known as “the 400.”

Postcard of mural in the Redwood Room (image public domain)

They were serenaded most evenings by Earle Bond, a locally renowned organ player. Eckart also created a studio in the hotel for the local arm of the Santa Rosa radio station KSRO, and on the roof a Civil Air Patrol spotting station that continued to operate during the Cold War.

Redwood Room at corner of Hotel Petaluma, 1954 (photo Sonoma County Library)

The opening of Highway 101 to the east of town in 1956 put an end to travelers passing through the downtown on the Redwood Highway. As inexpensive motels were available just off the freeway, the Hotel Petaluma converted to being primarily an SRO.

In 1959, the local Elks Club, seeking more space for their club gatherings, purchased the hotel from the original Petaluma Hotel Company trust for $91,160, far short of the $285,000 local citizens had invested in 1924, when the hotel was built in a GoFundMe fashion. The Elks closed off the Redwood Room, carving it up into retail shops, blocked out the lobby for meeting spaces, and roofed over the open courtyard entrance, turning it into an exclusive barroom for club members.

Ed Mannion and Bill Soberanes of the Argus-Courier standing outside Gilardi’s Corner on the eve of its demolition in 1967 (photo Sonoma County Library)

In 1967, Gilardi’s Corner fell to the wrecking ball when Washington Street was widened into four lanes. A parking lot for the corner bank was eventually built in its place, erasing the last of Petaluma’s night club row.

Petaluma Argus-Courier: “Lanai Cocktail Lounge Opens at Hotel,” August 17, 1938 “KSRO to Close Local Station,” February 16, 1951 “Through the New Hotel Petaluma This City Offers Accommodations to Local People, Travelers-Unexcelled,” November 29, 1953 “Elks Hotel Project Will Cost $50,000,” January 22, 1960 “Colorful Fifties in Petaluma,” January 22, 1969.

Bill Soberanes column, Petaluma Argus-Courier: July 3, 1959, August 17, 1971, October 29, 1974, July 7, 1978, October 24, 1980, February 2, 2000.

Santa Rosa Press Democrat: “$35,000 to be Invested in ‘Motels,’” March 20, 1938.


Voir la vidéo: Pologne: acquittement et prison avec sursis pour la loi martiale de 1981 (Mai 2022).