Recettes de cocktails, spiritueux et bars locaux

La cascade de cannibalisme était une imposture

La cascade de cannibalisme était une imposture

Sensibiliser au don d'organes

du mardi pièce tendance du jour était une vidéo montrant des animateurs de télévision néerlandais se mangeant la chair les uns des autres devant un public de studio. Eh bien, il s'avère que tout était un canular.

Hier, le réseau derrière Proefkonijnen, ou « cobayes », aurait a révélé que la vidéo teaser n'était qu'un gadget pour sensibiliser au manque de donneurs d'organes.

Ainsi, les deux hommes n'ont peut-être pas subi d'ablation chirurgicale de morceaux de muscle pour être frits par un chef et servis. Le réseau a fait la même chose en 2007, annonçant qu'une émission mettrait en vedette des personnes en compétition pour des dons de reins. Nous avons eu nos doutes.

The Daily Byte est une chronique régulière consacrée à la couverture des nouvelles et des tendances alimentaires intéressantes à travers le pays. Cliquez ici pour les colonnes précédentes.


Donateurs recherchés ! Se souvenir de ce restaurant cannibale en Allemagne [NSFW]

Le cannibalisme est, pour faire la lumière, peut-être le plus idiot de tous les tabous. Il y a quelque chose d'absurde à l'idée de manger une autre personne. À un moment donné, ils sont un pair intelligent et éloquent, plein de pensées et d'émotions, et le suivant, ils sont mélangés à vos gaufres du matin. Est-ce que quelqu'un d'autre rigole devant cette dissonance cognitive, ou suis-je juste un cinglé malade ?

Aussi drôle que cela puisse être, le cannibalisme a toujours habité en marge de notre imagination, généralement dans les films d'horreur extrêmes ou dans les pages jaunies des vieilles bandes dessinées EC. C'est un tabou fascinant à contempler, et nous y revenons encore et encore tout au long de l'histoire (et tout au long des pages de Blumhouse). Peu de personnes réelles – selon les anthropologues – sont connues pour pratiquer régulièrement du cannibalisme rituel. Une tribu notable connue pour l'avoir fait était la tribu Wari, un peuple nomade du Brésil, qui se nourrirait des corps de leurs morts en guise de respect. Ce n'est pas comme les fêtes de, disons, L'ENFER VERT ou L'HOLOCAUSTE CANNIBAL, mais on sait que cela se produit.

Les Wari’ étaient également, en 2010, l'inspiration centrale pour un restaurant à Berlin appelé Filmé c'était, selon son communiqué de presse de pré-ouverture, le tout premier restaurant cannibale.

Filmé a attiré beaucoup d'attention dans la presse européenne en 2010 lorsqu'elle a ouvert un site Web (aujourd'hui disparu) contenant un questionnaire spécial demandant aux clients leurs antécédents médicaux, leur indice de masse corporelle, leurs antécédents de grossesse et leur forme physique. in. La fonction de cette enquête était de trouver des donateurs appropriés qui cherchaient à faire don de leur propre corps aux cuisines des restaurants. Oui, Filmé était, selon cette enquête, d'éliminer les gens pour servir à d'autres personnes.

Les détails des recettes n'étaient malheureusement pas inclus, nous ne pouvons donc que conjecturer quels types de corps ils recherchaient pour quels types de repas. Étant donné le peu d'expérience des chefs professionnels dans la préparation de la chair humaine, il est difficile d'imaginer quel genre de personnes préparerait réellement les meilleurs repas. Bien qu'il soit probable que les athlètes feraient probablement la meilleure viande.

Filmé était également, selon son enquête, à la recherche de chirurgiens qualifiés pour servir de boucher au restaurant. L'idée serait alors que quelqu'un meure, que son corps soit emmené au restaurant et qu'un médecin enlève alors les parties appropriées pour la préparation. Les pièces allaient ensuite au chef, et ils — à la CHOPPED — doit proposer une recette basée sur les parties qui lui ont été présentées. Ils ne devaient pas euthanasier ou assassiner qui que ce soit, mais simplement et respectueusement utiliser les corps donnés.

Bien qu'un peu sombre, le libellé du site Web était contemplatif et pragmatique. « Nous voyons le festin comme un acte spirituel », dit-il, « dans lequel l'esprit et la force de la créature consommée sont donnés aux invités. » Que ce credo soit ou non tiré directement de la langue des Wari est au mieux discutable, mais cela semble être un énoncé de mission réalisable. Pour les cannibales.

Dès que le site Web a été créé, il a immédiatement attiré les foudres des politiciens et des journalistes locaux. C'était une idée tellement scandaleuse, qu'elle vient de avais à traiter. Der Spiegel ont rapporté qu'il s'agissait probablement d'une sorte de farce ou de coup de pub, dont ils ne pouvaient pas découvrir la source. Les politiciens locaux ont été indignés et Michael Braun, le chef adjoint des démocrates-chrétiens conservateurs au parlement du Land de Berlin a dû déclarer officiellement après avoir reçu un flot d'e-mails sur le sujet.

Braun a déclaré que le restaurant était une blague malsaine, usurpant probablement le célèbre reportage allemand de 2001 sur l'homme qui a vendu son propre corps à un cannibale. Vous vous souvenez probablement de l'histoire d'Armin Meiwes, le cannibale qui cherchait un volontaire à manger, en trouva un et passa plusieurs mois à découper et manger lentement sa victime. Au moment de son arrestation, Meiwes avait mangé environ 44 livres de viande humaine. Cela fait environ 176 Royales avec du fromage. (En passant, Meiwes a été condamné à la prison à vie.)

Seulement environ une semaine et demie s'est écoulée, cependant, avant Filmé s'est révélé être — peut-être évidemment — un canular. Comme Le télégraphe a rapporté (de manière hilarante, dans leur section Food & Drink), une société végétarienne allemande appelée Vebu avait arrangé le site Web comme une satire de la façon dont les humains pensent si négligemment à la consommation de viande. Les carnivores, théorisent-ils, regardent trop souvent les menus, sans penser à l'abattage de vaches, cochons, poulets, agneaux, chèvres, crocodiles, lapins et de nombreux autres animaux. Pour sortir le public de leur complaisance à base de viande, ils ont décidé de mettre les humains à la place de leurs frères animaux, révélant à quel point la viande était grossière en général.

Le porte-parole de Vebu, un homme du nom de Sebastian Zösch, aurait déclaré : « Vebu veut attirer l'attention sur nous tous qui sommes touchés par la consommation mondiale de viande. Les Filmé Le site Web a été fermé début septembre 2010 avec la déclaration suivante de Vebu à sa place :

La consommation de viande humaine est un problème explosif. Mais personne ne se pose la question d'où vient la viande consommée quotidiennement, dans quelles circonstances elle est produite et quelles conséquences elle a sur notre environnement.

Ce genre de farce est toujours le bienvenu, aux yeux de cet écrivain. Il faut souvent quelque chose de choquant pour que les gens se lèvent et remarquent, et une farce intelligente, révélant les failles d'une construction politique ou sociale, peut être l'une des formes de protestation les plus efficaces. Le monde peut toujours utiliser des escrocs qui encouragent au moins un peu anarchie.

Malheureusement, la farce — dans ce cas, de toute façon — était beaucoup plus grosse que le message. Plus de gens se souviennent qu'il y a en fait était un restaurant cannibale de Berlin (si quelqu'un s'en souvient) que Vebu ou ses messages extrêmes de végétarisme.

Donc, je suis désolé de signaler, il n'y avait pas Filmé restaurant… et, si vous étiez morbide curieux, vous ne pouvez pas aller dans un restaurant isolé en Allemagne pour essayer un steak humain. Nous n'avons pas encore atteint des niveaux de faim sociétale (ou de décadence de la croûte supérieure) où un restaurant cannibale serait ouvertement accepté par, enfin, n'importe qui.

Mais juste une seconde, tu pensais que c'était possible… n'avez-vous pas?


Donateurs recherchés ! Se souvenir de ce restaurant cannibale en Allemagne [NSFW]

Le cannibalisme est, pour faire la lumière, peut-être le plus idiot de tous les tabous. Il y a quelque chose d'absurde à l'idée de manger une autre personne. À un moment donné, ils sont un pair intelligent et éloquent, plein de pensées et d'émotions, et le suivant, ils sont mélangés à vos gaufres du matin. Est-ce que quelqu'un d'autre rigole devant cette dissonance cognitive, ou suis-je juste un cinglé malade ?

Aussi drôle que cela puisse être, le cannibalisme a toujours habité en marge de notre imagination, généralement dans les films d'horreur extrêmes ou dans les pages jaunies des vieilles bandes dessinées EC. C'est un tabou fascinant à contempler, et nous y revenons encore et encore tout au long de l'histoire (et tout au long des pages de Blumhouse). Peu de personnes réelles – selon les anthropologues – sont connues pour pratiquer régulièrement du cannibalisme rituel. Une tribu notable connue pour l'avoir fait était la tribu Wari, un peuple nomade du Brésil, qui se nourrirait des corps de leurs morts en guise de respect. Ce n'est pas comme les fêtes de, disons, L'ENFER VERT ou L'HOLOCAUSTE CANNIBAL, mais on sait que cela se produit.

Les Wari’ étaient également, en 2010, l'inspiration centrale pour un restaurant à Berlin appelé Filmé c'était, selon son communiqué de presse de pré-ouverture, le tout premier restaurant cannibale.

Filmé a attiré beaucoup d'attention dans la presse européenne en 2010 lorsqu'elle a ouvert un site Web (aujourd'hui disparu) contenant un questionnaire spécial demandant aux clients leurs antécédents médicaux, leur indice de masse corporelle, leurs antécédents de grossesse et leur forme physique. in. La fonction de cette enquête était de trouver des donateurs appropriés qui cherchaient à faire don de leur propre corps aux cuisines des restaurants. Oui, Filmé était, selon cette enquête, d'éliminer les gens pour servir à d'autres personnes.

Les détails des recettes n'étaient malheureusement pas inclus, nous ne pouvons donc que conjecturer quels types de corps ils recherchaient pour quels types de repas. Étant donné le peu d'expérience des chefs professionnels dans la préparation de la chair humaine, il est difficile d'imaginer quel genre de personnes préparerait réellement les meilleurs repas. Bien qu'il soit probable que les athlètes feraient probablement la meilleure viande.

Filmé était également, selon son enquête, à la recherche de chirurgiens qualifiés pour servir de boucher au restaurant. L'idée serait alors que quelqu'un meure, que son corps soit emmené au restaurant et qu'un médecin enlève alors les parties appropriées pour la préparation. Les pièces allaient ensuite au chef, et ils — à la CHOPPED — doit proposer une recette basée sur les parties qui lui ont été présentées. Ils ne devaient pas euthanasier ou assassiner qui que ce soit, mais simplement et respectueusement utiliser les corps donnés.

Bien qu'un peu sombre, le libellé du site Web était contemplatif et pragmatique. « Nous voyons le festin comme un acte spirituel », dit-il, « dans lequel l'esprit et la force de la créature consommée sont donnés aux invités. » Que ce credo soit ou non tiré directement de la langue des Wari est au mieux discutable, mais cela semble être un énoncé de mission réalisable. Pour les cannibales.

Dès que le site Web a été créé, il a immédiatement attiré l'attention des politiciens et des journalistes locaux. C'était une idée tellement scandaleuse, qu'elle vient de avais à traiter. Der Spiegel ont rapporté qu'il s'agissait probablement d'une sorte de farce ou de coup de pub, dont ils ne pouvaient pas découvrir la source. Les politiciens locaux ont été indignés et Michael Braun, le chef adjoint des démocrates-chrétiens conservateurs au parlement du Land de Berlin a dû déclarer officiellement après avoir reçu un flot d'e-mails sur le sujet.

Braun a déclaré que le restaurant était une blague malsaine, usurpant probablement le célèbre reportage allemand de 2001 sur l'homme qui a vendu son propre corps à un cannibale. Vous vous souvenez probablement de l'histoire d'Armin Meiwes, le cannibale qui cherchait un volontaire à manger, en trouva un et passa plusieurs mois à découper et manger lentement sa victime. Au moment de son arrestation, Meiwes avait mangé environ 44 livres de viande humaine. Cela fait environ 176 Royales avec du fromage. (En passant, Meiwes a été condamné à la prison à vie.)

Seulement environ une semaine et demie s'est écoulée, cependant, avant Filmé s'est révélé être — peut-être évidemment — un canular. Comme Le télégraphe rapporté (de manière hilarante, dans leur section Food & Drink), une société végétarienne allemande appelée Vebu avait arrangé le site Web comme une satire de la façon dont les humains pensent si négligemment à la consommation de viande. Les carnivores, théorisent-ils, regardent trop souvent les menus, sans penser à l'abattage de vaches, cochons, poulets, agneaux, chèvres, crocodiles, lapins et de nombreux autres animaux. Pour sortir le public de leur complaisance à base de viande, ils ont décidé de mettre les humains à la place de leurs frères animaux, révélant à quel point la viande était grossière en général.

Le porte-parole de Vebu, un homme du nom de Sebastian Zösch, aurait déclaré : « Vebu veut attirer l'attention sur nous tous qui sommes touchés par la consommation mondiale de viande. Les Filmé Le site Web a été supprimé début septembre 2010 avec la déclaration suivante de Vebu à sa place :

La consommation de viande humaine est un problème explosif. Mais personne ne se pose la question d'où vient la viande consommée quotidiennement, dans quelles circonstances elle est produite et quelles conséquences elle a sur notre environnement.

Ce genre de farce est toujours le bienvenu, aux yeux de cet écrivain. Il faut souvent quelque chose de choquant pour que les gens se lèvent et remarquent, et une farce intelligente, révélant les failles d'une construction politique ou sociale, peut être l'une des formes de protestation les plus efficaces. Le monde peut toujours utiliser des escrocs qui encouragent au moins un peu anarchie.

Malheureusement, la farce — dans ce cas, de toute façon — était beaucoup plus grosse que le message. Plus de gens se souviennent qu'il y a en fait était un restaurant cannibale de Berlin (si quelqu'un s'en souvient) que Vebu ou ses messages extrêmes de végétarisme.

Donc, je suis désolé de signaler, il n'y avait pas Filmé restaurant… et, si vous étiez morbide curieux, vous ne pouvez pas aller dans un restaurant isolé en Allemagne pour essayer un steak humain. Nous n'avons pas encore atteint des niveaux de faim sociétale (ou de décadence de la croûte supérieure) où un restaurant cannibale serait ouvertement accepté par, enfin, n'importe qui.

Mais juste une seconde, tu pensais que c'était possible… n'est-ce pas ?


Donateurs recherchés ! Se souvenir de ce restaurant cannibale en Allemagne [NSFW]

Le cannibalisme est, pour faire la lumière, peut-être le plus idiot de tous les tabous. Il y a quelque chose d'absurde à l'idée de manger une autre personne. À un moment donné, ils sont un pair intelligent et éloquent, plein de pensées et d'émotions, et le suivant, ils sont mélangés à vos gaufres du matin. Est-ce que quelqu'un d'autre rigole devant cette dissonance cognitive, ou suis-je juste un cinglé malade ?

Aussi drôle que cela puisse être, le cannibalisme a toujours habité en marge de notre imagination, généralement dans les films d'horreur extrêmes ou dans les pages jaunies des vieilles bandes dessinées EC. C'est un tabou fascinant à contempler, et nous y revenons encore et encore tout au long de l'histoire (et tout au long des pages de Blumhouse). Peu de personnes réelles – selon les anthropologues – sont connues pour pratiquer régulièrement du cannibalisme rituel. Une tribu notable connue pour l'avoir fait était la tribu Wari, un peuple nomade du Brésil, qui se nourrirait des corps de leurs morts en guise de respect. Ce n'est pas comme les fêtes de, disons, L'ENFER VERT ou L'HOLOCAUSTE CANNIBAL, mais on sait que cela se produit.

Les Wari’ étaient également, en 2010, l'inspiration centrale pour un restaurant à Berlin appelé Filmé c'était, selon son communiqué de presse de pré-ouverture, le tout premier restaurant cannibale.

Filmé a attiré beaucoup d'attention dans la presse européenne en 2010 lorsqu'elle a ouvert un site Web (aujourd'hui disparu) contenant un questionnaire spécial demandant aux clients leurs antécédents médicaux, leur indice de masse corporelle, leurs antécédents de grossesse et leur forme physique. in. La fonction de cette enquête était de trouver des donateurs appropriés qui cherchaient à faire don de leur propre corps aux cuisines des restaurants. Oui, Filmé était, selon cette enquête, d'éliminer les gens pour servir à d'autres personnes.

Les détails des recettes n'étaient malheureusement pas inclus, nous ne pouvons donc que conjecturer quels types de corps ils recherchaient pour quels types de repas. Étant donné le peu d'expérience des chefs professionnels dans la préparation de la chair humaine, il est difficile d'imaginer quel genre de personnes préparerait réellement les meilleurs repas. Bien qu'il soit probable que les athlètes feraient probablement la meilleure viande.

Filmé était également, selon son enquête, à la recherche de chirurgiens qualifiés pour servir de boucher au restaurant. L'idée serait alors que quelqu'un meure, que son corps soit emmené au restaurant et qu'un médecin enlève alors les parties appropriées pour la préparation. Les pièces allaient ensuite au chef, et ils — à la CHOPPED — doit proposer une recette basée sur les parties qui lui ont été présentées. Ils ne devaient pas euthanasier ou assassiner qui que ce soit, mais simplement et respectueusement utiliser les corps donnés.

Bien qu'un peu sombre, le libellé du site Web était contemplatif et pragmatique. « Nous voyons le festin comme un acte spirituel », dit-il, « dans lequel l'esprit et la force de la créature consommée sont donnés aux invités. » Que ce credo soit ou non tiré directement de la langue des Wari est au mieux discutable, mais cela semble être un énoncé de mission réalisable. Pour les cannibales.

Dès que le site Web a été créé, il a immédiatement attiré l'attention des politiciens et des journalistes locaux. C'était une idée tellement scandaleuse, qu'elle vient de avais à traiter. Der Spiegel ont rapporté qu'il s'agissait probablement d'une sorte de farce ou de coup de pub, dont ils ne pouvaient pas découvrir la source. Les politiciens locaux ont été indignés et Michael Braun, le chef adjoint des démocrates-chrétiens conservateurs au parlement du Land de Berlin a dû déclarer officiellement après avoir reçu un flot d'e-mails sur le sujet.

Braun a déclaré que le restaurant était une blague malsaine, usurpant probablement le célèbre reportage allemand de 2001 sur l'homme qui a vendu son propre corps à un cannibale. Vous vous souvenez probablement de l'histoire d'Armin Meiwes, le cannibale qui cherchait un volontaire à manger, en trouva un et passa plusieurs mois à découper et manger lentement sa victime. Au moment de son arrestation, Meiwes avait mangé environ 44 livres de viande humaine. Cela fait environ 176 Royales avec du fromage. (Au fait, Meiwes a été condamné à la prison à vie.)

Seulement environ une semaine et demie s'est écoulée, cependant, avant Filmé s'est révélé être — peut-être évidemment — un canular. Comme Le télégraphe a rapporté (de manière hilarante, dans leur section Food & Drink), une société végétarienne allemande appelée Vebu avait arrangé le site Web comme une satire de la façon dont les humains pensent si négligemment à la consommation de viande. Les carnivores, théorisent-ils, regardent trop souvent les menus, sans penser à l'abattage de vaches, cochons, poulets, agneaux, chèvres, crocodiles, lapins et de nombreux autres animaux. Pour sortir le public de leur complaisance à base de viande, ils ont décidé de mettre les humains à la place de leurs frères animaux, révélant à quel point la viande était grossière en général.

Le porte-parole de Vebu, un homme du nom de Sebastian Zösch, aurait déclaré : « Vebu veut attirer l'attention sur nous tous qui sommes touchés par la consommation mondiale de viande. Les Filmé Le site Web a été fermé début septembre 2010 avec la déclaration suivante de Vebu à sa place :

La consommation de viande humaine est un sujet explosif. Mais personne ne se pose la question d'où vient la viande consommée quotidiennement, dans quelles circonstances elle est produite et quelles conséquences elle a sur notre environnement.

Ce genre de farce est toujours le bienvenu, aux yeux de cet écrivain. Il faut souvent quelque chose de choquant pour que les gens se lèvent et remarquent, et une farce intelligente, révélant les failles d'une construction politique ou sociale, peut être l'une des formes de protestation les plus efficaces. Le monde peut toujours utiliser des escrocs qui encouragent au moins un peu anarchie.

Malheureusement, la farce — dans ce cas, de toute façon — était beaucoup plus grosse que le message. Plus de gens se souviennent qu'il y a en fait était un restaurant cannibale de Berlin (si quelqu'un s'en souvient) que Vebu ou ses messages extrêmes de végétarisme.

Donc, je suis désolé de signaler, il n'y avait pas Filmé restaurant… et, si vous étiez morbide curieux, vous ne pouvez pas aller dans un restaurant isolé en Allemagne pour essayer un steak humain. Nous n'avons pas encore atteint des niveaux de faim sociétale (ou de décadence de la croûte supérieure) où un restaurant cannibale serait ouvertement accepté par, enfin, n'importe qui.

Mais juste une seconde, tu pensais que c'était possible… n'est-ce pas ?


Donateurs recherchés ! Se souvenir de ce restaurant cannibale en Allemagne [NSFW]

Le cannibalisme est, pour faire la lumière, peut-être le plus idiot de tous les tabous. Il y a quelque chose d'absurde à l'idée de manger une autre personne. À un moment donné, ils sont un pair intelligent et éloquent, plein de pensées et d'émotions, et le suivant, ils sont mélangés à vos gaufres du matin. Est-ce que quelqu'un d'autre rigole devant cette dissonance cognitive, ou suis-je juste un cinglé malade ?

Aussi drôle que cela puisse être, le cannibalisme a toujours habité en marge de notre imagination, généralement dans les films d'horreur extrêmes ou dans les pages jaunies des vieilles bandes dessinées EC. C'est un tabou fascinant à contempler, et nous y revenons encore et encore tout au long de l'histoire (et tout au long des pages de Blumhouse). Peu de personnes réelles – selon les anthropologues – sont connues pour pratiquer régulièrement du cannibalisme rituel. Une tribu notable connue pour l'avoir fait était la tribu Wari, un peuple nomade du Brésil, qui se nourrirait des corps de leurs morts en guise de respect. Ce n'est pas comme les fêtes de, disons, L'ENFER VERT ou L'HOLOCAUSTE CANNIBAL, mais on sait que cela se produit.

Les Wari’ étaient également, en 2010, l'inspiration centrale pour un restaurant à Berlin appelé Filmé c'était, selon son communiqué de presse de pré-ouverture, le tout premier restaurant cannibale.

Filmé a attiré beaucoup d'attention dans la presse européenne en 2010 lorsqu'elle a ouvert un site Web (aujourd'hui disparu) contenant un questionnaire spécial demandant aux clients leurs antécédents médicaux, leur indice de masse corporelle, leurs antécédents de grossesse et leur forme physique. in. La fonction de cette enquête était de trouver des donateurs appropriés qui cherchaient à faire don de leur propre corps aux cuisines des restaurants. Oui, Filmé était, selon cette enquête, d'éliminer les gens pour servir à d'autres personnes.

Les détails des recettes n'étaient malheureusement pas inclus, nous ne pouvons donc que conjecturer quels types de corps ils recherchaient pour quels types de repas. Étant donné le peu d'expérience des chefs professionnels dans la préparation de la chair humaine, il est difficile d'imaginer quel genre de personnes préparerait réellement les meilleurs repas. Bien qu'il soit probable que les athlètes feraient probablement la meilleure viande.

Filmé était également, selon son enquête, à la recherche de chirurgiens qualifiés pour servir de boucher au restaurant. L'idée serait alors que quelqu'un meure, que son corps soit emmené au restaurant et qu'un médecin enlève alors les parties appropriées pour la préparation. Les pièces allaient ensuite au chef, et ils — à la CHOPPED — doit proposer une recette basée sur les parties qui lui ont été présentées. Ils ne devaient pas euthanasier ou assassiner qui que ce soit, mais simplement et respectueusement utiliser les corps donnés.

Bien qu'un peu sombre, le libellé du site Web était contemplatif et pragmatique. « Nous voyons le festin comme un acte spirituel », dit-il, « dans lequel l'esprit et la force de la créature consommée sont donnés aux invités. » Que ce credo soit ou non tiré directement de la langue des Wari est au mieux discutable, mais cela semble être un énoncé de mission réalisable. Pour les cannibales.

Dès que le site Web a été créé, il a immédiatement attiré l'attention des politiciens et des journalistes locaux. C'était une idée tellement scandaleuse, qu'elle vient de avais à traiter. Der Spiegel ont rapporté qu'il s'agissait probablement d'une sorte de farce ou de coup de pub, dont ils ne pouvaient pas découvrir la source. Les politiciens locaux ont été indignés et Michael Braun, le chef adjoint des démocrates-chrétiens conservateurs au parlement du Land de Berlin a dû déclarer officiellement après avoir reçu un flot d'e-mails sur le sujet.

Braun a déclaré que le restaurant était une blague malsaine, usurpant probablement le célèbre reportage allemand de 2001 sur l'homme qui a vendu son propre corps à un cannibale. Vous vous souvenez probablement de l'histoire d'Armin Meiwes, le cannibale qui cherchait un volontaire à manger, en trouva un et passa plusieurs mois à découper et manger lentement sa victime. Au moment de son arrestation, Meiwes avait mangé environ 44 livres de viande humaine. Cela fait environ 176 Royales avec du fromage. (En passant, Meiwes a été condamné à la prison à vie.)

Seulement environ une semaine et demie s'est écoulée, cependant, avant Filmé s'est révélé être — peut-être évidemment — un canular. Comme Le télégraphe a rapporté (de manière hilarante, dans leur section Food & Drink), une société végétarienne allemande appelée Vebu avait arrangé le site Web comme une satire de la façon dont les humains pensent si négligemment à la consommation de viande. Les carnivores, théorisent-ils, regardent trop souvent les menus, sans penser à l'abattage de vaches, cochons, poulets, agneaux, chèvres, crocodiles, lapins et de nombreux autres animaux. Pour sortir le public de leur complaisance à base de viande, ils ont décidé de mettre les humains à la place de leurs frères animaux, révélant à quel point la viande était grossière en général.

Le porte-parole de Vebu, un homme du nom de Sebastian Zösch, aurait déclaré : « Vebu veut attirer l'attention sur nous tous qui sommes touchés par la consommation mondiale de viande. Les Filmé Le site Web a été supprimé début septembre 2010 avec la déclaration suivante de Vebu à sa place :

La consommation de viande humaine est un sujet explosif. Mais personne ne se pose la question d'où vient la viande qui est consommée quotidiennement, dans quelles circonstances elle est produite et quelles conséquences elle a sur notre environnement.

Ce genre de farce est toujours le bienvenu, aux yeux de cet écrivain. Il faut souvent quelque chose de choquant pour que les gens se lèvent et remarquent, et une farce intelligente, révélant les failles d'une construction politique ou sociale, peut être l'une des formes de protestation les plus efficaces. Le monde peut toujours utiliser des escrocs qui encouragent au moins un peu anarchie.

Malheureusement, la farce — dans ce cas, de toute façon — était beaucoup plus grosse que le message. Plus de gens se souviennent qu'il y a en fait était un restaurant cannibale de Berlin (si quelqu'un s'en souvient) que Vebu ou ses messages extrêmes de végétarisme.

Donc, je suis désolé de signaler, il n'y avait pas Filmé restaurant… et, si vous étiez morbide curieux, vous ne pouvez pas aller dans un restaurant isolé en Allemagne pour essayer un steak humain. Nous n'avons pas encore atteint des niveaux de faim sociétale (ou de décadence de la croûte supérieure) où un restaurant cannibale serait ouvertement accepté par, enfin, n'importe qui.

Mais juste une seconde, tu pensais que c'était possible… n'est-ce pas ?


Donateurs recherchés ! Se souvenir de ce restaurant cannibale en Allemagne [NSFW]

Le cannibalisme est, pour faire la lumière, peut-être le plus idiot de tous les tabous. Il y a quelque chose d'absurde à l'idée de manger une autre personne. À un moment donné, ils sont un pair intelligent et éloquent, plein de pensées et d'émotions, et le suivant, ils sont mélangés à vos gaufres du matin. Est-ce que quelqu'un d'autre rigole devant cette dissonance cognitive, ou suis-je juste un cinglé malade ?

Aussi drôle que cela puisse être, le cannibalisme a toujours habité en marge de notre imagination, généralement dans les films d'horreur extrêmes ou dans les pages jaunies des vieilles bandes dessinées EC. C'est un tabou fascinant à contempler, et nous y revenons encore et encore tout au long de l'histoire (et tout au long des pages de Blumhouse). Peu de personnes réelles – selon les anthropologues – sont connues pour pratiquer régulièrement du cannibalisme rituel. Une tribu notable connue pour l'avoir fait était la tribu Wari, un peuple nomade du Brésil, qui se nourrirait des corps de leurs morts en guise de respect. Ce n'est pas comme les fêtes de, disons, L'ENFER VERT ou L'HOLOCAUSTE CANNIBAL, mais on sait que cela se produit.

Les Wari’ étaient également, en 2010, l'inspiration centrale pour un restaurant à Berlin appelé Filmé c'était, selon son communiqué de presse de pré-ouverture, le tout premier restaurant cannibale.

Filmé a attiré beaucoup d'attention dans la presse européenne en 2010 lorsqu'elle a ouvert un site Web (aujourd'hui disparu) contenant un questionnaire spécial demandant aux clients leurs antécédents médicaux, leur indice de masse corporelle, leurs antécédents de grossesse et leur forme physique. in. La fonction de cette enquête était de trouver des donateurs appropriés qui cherchaient à faire don de leur propre corps aux cuisines des restaurants. Oui, Filmé était, selon cette enquête, d'éliminer les gens pour servir à d'autres personnes.

Les détails des recettes n'étaient malheureusement pas inclus, nous ne pouvons donc que conjecturer quels types de corps ils recherchaient pour quels types de repas. Étant donné le peu d'expérience des chefs professionnels dans la préparation de la chair humaine, il est difficile d'imaginer quel genre de personnes préparerait réellement les meilleurs repas. Bien qu'il soit probable que les athlètes feraient probablement la meilleure viande.

Filmé était également, selon son enquête, à la recherche de chirurgiens qualifiés pour servir de boucher au restaurant. L'idée serait alors que quelqu'un meure, que son corps soit emmené au restaurant et qu'un médecin enlève alors les parties appropriées pour la préparation. Les pièces allaient ensuite au chef, et ils — à la CHOPPED — doit proposer une recette basée sur les parties qui lui ont été présentées. Ils ne devaient pas euthanasier ou assassiner qui que ce soit, mais simplement et respectueusement utiliser les corps donnés.

Bien qu'un peu sombre, le libellé du site Web était contemplatif et pragmatique. « Nous voyons le festin comme un acte spirituel », dit-il, « dans lequel l'esprit et la force de la créature consommée sont donnés aux invités. » Que ce credo soit ou non tiré directement de la langue des Wari est au mieux discutable, mais cela semble être un énoncé de mission réalisable. Pour les cannibales.

Dès que le site Web a été créé, il a immédiatement attiré les foudres des politiciens et des journalistes locaux. C'était une idée tellement scandaleuse, qu'elle vient de avais à traiter. Der Spiegel ont rapporté qu'il s'agissait probablement d'une sorte de farce ou de coup de pub, dont ils ne pouvaient pas découvrir la source. Les politiciens locaux ont été indignés et Michael Braun, le chef adjoint des démocrates-chrétiens conservateurs au parlement du Land de Berlin a dû déclarer officiellement après avoir reçu un flot d'e-mails sur le sujet.

Braun a déclaré que le restaurant était une blague malsaine, usurpant probablement le célèbre reportage allemand de 2001 sur l'homme qui a vendu son propre corps à un cannibale. Vous vous souvenez probablement de l'histoire d'Armin Meiwes, le cannibale qui cherchait un volontaire à manger, en trouva un et passa plusieurs mois à découper et manger lentement sa victime. Au moment de son arrestation, Meiwes avait mangé environ 44 livres de viande humaine. Cela fait environ 176 Royales avec du fromage. (Au fait, Meiwes a été condamné à la prison à vie.)

Seulement environ une semaine et demie s'est écoulée, cependant, avant Filmé s'est révélé être — peut-être évidemment — un canular. Comme Le télégraphe a rapporté (de manière hilarante, dans leur section Food & Drink), une société végétarienne allemande appelée Vebu avait arrangé le site Web comme une satire de la façon dont les humains pensent si négligemment à la consommation de viande. Les carnivores, théorisent-ils, regardent trop souvent les menus, sans penser à l'abattage de vaches, cochons, poulets, agneaux, chèvres, crocodiles, lapins et de nombreux autres animaux. Pour sortir le public de leur complaisance à base de viande, ils ont décidé de mettre les humains à la place de leurs frères animaux, révélant à quel point la viande était grossière en général.

The Vebu spokesperson, a man named Sebastian Zösch, was quoted as saying “Vebu wants to draw attention to all of us who are affected by the worldwide consumption of meat.” Les Filmé website was taken down in early September of 2010 with the following Vebu statement put up in its place:

Consuming human meat is an explosive issue. But nobody poses the question where meat which is consumed daily comes from, under which circumstances it is produced and what consequences it has on our environment.”

This sort of prank is always welcome, in this writer’s eye. It often takes something shocking to make people stand up and take notice, and a clever prank, revealing the cracks in a political or social construct, can be one of the most effective forms of protest. The world can always use tricksters who encourage at least a little anarchy.

Unfortunately, the prank — in this case, anyway — was much bigger than the message. More people remember that there actually était a Berlin cannibal restaurant (if anyone remembers it at all) than they do Vebu or its extreme messages of vegetarianism.

So, I am sorry to report, there was no Filmé restaurant… and, if you were morbidly curious, you cannot go to a remote restaurant in Germany to try out human steak. We have yet to reach levels of societal hunger (or upper-crust decadence) where a cannibal restaurant would be openly accepted by, well, anyone.

But just for a second, you thought it was possible… didn’t you?


Donors Wanted! Remembering That Cannibal Restaurant in Germany [NSFW]

Cannibalism is, to make light of it, perhaps the silliest of all taboos. There is something absurd about the thought of eating another person. At one moment, they are an intelligent and well-spoken peer, full of thoughts and emotions, and the next, they are mixed into your morning waffles. Does anyone else giggle at that cognitive dissonance, or am I just a sick weirdo?

However funny it may be, cannibalism has always dwelt at the fringes of our imaginations, usually in extreme horror movies or in the yellowed pages wicked old EC comics. It’s a fascinating taboo to contemplate, and we return to the notion again and again throughout history — (and throughout the pages of Blumhouse). Few actual people — according to anthropologists — have been known to regularly perform ritual cannibalism. One known notable tribe to have actually done so was the Wari’ tribe, a nomadic people of Brazil, who reportedly feed on the bodies of their dead as a form of respect. It’s not like the feasts from, say, THE GREEN INFERNO or CANNIBAL HOLOCAUST, but it is known to happen.

The Wari’ were also, back in 2010, the central inspiration for a restaurant in Berlin called Filmé that was, according to its pre-opening press release, the first ever cannibal restaurant.

Filmé drew a good deal of attention in the European press in 2010 when it opened up a (now defunct) website featuring a special questionnaire asking clients about their medical history, their body mass index, their pregnancy history, and what kind of physical shape they were in. The function of this survey was to find appropriate donors who were seeking to donate their own bodies to the restaurant’s kitchens. Oui, Filmé was, according to this survey, weeding out people… to serve to other people.

Details of the recipes were not included, sadly, so we can only conjecture what types of bodies they were seeking for what kinds of meals. Seeing as how little experience professional chefs probably have with preparing human flesh, it’s difficult to imagine what sort of people would actually make for the best meals. Although it’s likely that athletes would probably make for the best meat.

Filmé was also, according to its survey, seeking skilled surgeons to serve as the restaurant’s butchers. The idea, then, would be that someone would die, their body would be taken to the restaurant, and a doctor would then remove the appropriate parts for preparation. The parts would then go to the chef, and they would — à la CHOPPED — have to come up with a recipe based on whatever parts they were presented with. They weren’t to euthanize or murder anyone, but simply — and respectfully — make use of donated bodies.

Although a little grim, the wording on the website was contemplative and pragmatic. “We see feasting as a spiritual act,” it said, “in which spirit and strength of the consumed creature is given to the guests.” Whether or not this credo was taken directly from the language of the Wari’ is debatable at best, but it does seem like a workable mission statement. For cannibals.

As soon as the website went up, it immediately drew fire from local politicians and journalists. It was such an outrageous idea, that it just avais to be addressed. Der Spiegel reported that it was likely some sort of prank or PR stunt, the source of which they couldn’t suss out. Local politicians were outraged and Michael Braun, the deputy floor leader for the conservative Christian Democrats in the Berlin state parliament had to go on record after receiving a flood of e-mails on the topic.

Braun said that the restaurant was a sick joke, likely spoofing the well-known 2001 German news story of the man who sold his own body to a cannibal. You likely recall the tale of Armin Meiwes, the cannibal who sought a volunteer to be eaten, found one, and spent several months slowly carving up and eating his victim. At the time of his arrest, Meiwes had eaten about 44 pounds of human meat. That’s about 176 Royales with cheese. (Meiwes, by the way, was sentenced to life in prison.)

Only about a week and a half went by, however, before Filmé was revealed to be — perhaps obviously — a hoax. Comme Le télégraphe reported (hilariously, in their Food & Drink section), a German vegetarian society called Vebu had arranged the website as a satire of the way humans so casually think about the consumption of meat. Carnivores, they theorized, look at menus too often, thinking nothing of the slaughter of cows, pigs, chickens, lambs, goats, crocodile, rabbits, and any number of animals. To shake the public out of their meat-based complacency, they decided to put humans in the place of their animal brethren, revealing how gross meat was in general.

The Vebu spokesperson, a man named Sebastian Zösch, was quoted as saying “Vebu wants to draw attention to all of us who are affected by the worldwide consumption of meat.” Les Filmé website was taken down in early September of 2010 with the following Vebu statement put up in its place:

Consuming human meat is an explosive issue. But nobody poses the question where meat which is consumed daily comes from, under which circumstances it is produced and what consequences it has on our environment.”

This sort of prank is always welcome, in this writer’s eye. It often takes something shocking to make people stand up and take notice, and a clever prank, revealing the cracks in a political or social construct, can be one of the most effective forms of protest. The world can always use tricksters who encourage at least a little anarchy.

Unfortunately, the prank — in this case, anyway — was much bigger than the message. More people remember that there actually était a Berlin cannibal restaurant (if anyone remembers it at all) than they do Vebu or its extreme messages of vegetarianism.

So, I am sorry to report, there was no Filmé restaurant… and, if you were morbidly curious, you cannot go to a remote restaurant in Germany to try out human steak. We have yet to reach levels of societal hunger (or upper-crust decadence) where a cannibal restaurant would be openly accepted by, well, anyone.

But just for a second, you thought it was possible… didn’t you?


Donors Wanted! Remembering That Cannibal Restaurant in Germany [NSFW]

Cannibalism is, to make light of it, perhaps the silliest of all taboos. There is something absurd about the thought of eating another person. At one moment, they are an intelligent and well-spoken peer, full of thoughts and emotions, and the next, they are mixed into your morning waffles. Does anyone else giggle at that cognitive dissonance, or am I just a sick weirdo?

However funny it may be, cannibalism has always dwelt at the fringes of our imaginations, usually in extreme horror movies or in the yellowed pages wicked old EC comics. It’s a fascinating taboo to contemplate, and we return to the notion again and again throughout history — (and throughout the pages of Blumhouse). Few actual people — according to anthropologists — have been known to regularly perform ritual cannibalism. One known notable tribe to have actually done so was the Wari’ tribe, a nomadic people of Brazil, who reportedly feed on the bodies of their dead as a form of respect. It’s not like the feasts from, say, THE GREEN INFERNO or CANNIBAL HOLOCAUST, but it is known to happen.

The Wari’ were also, back in 2010, the central inspiration for a restaurant in Berlin called Filmé that was, according to its pre-opening press release, the first ever cannibal restaurant.

Filmé drew a good deal of attention in the European press in 2010 when it opened up a (now defunct) website featuring a special questionnaire asking clients about their medical history, their body mass index, their pregnancy history, and what kind of physical shape they were in. The function of this survey was to find appropriate donors who were seeking to donate their own bodies to the restaurant’s kitchens. Oui, Filmé was, according to this survey, weeding out people… to serve to other people.

Details of the recipes were not included, sadly, so we can only conjecture what types of bodies they were seeking for what kinds of meals. Seeing as how little experience professional chefs probably have with preparing human flesh, it’s difficult to imagine what sort of people would actually make for the best meals. Although it’s likely that athletes would probably make for the best meat.

Filmé was also, according to its survey, seeking skilled surgeons to serve as the restaurant’s butchers. The idea, then, would be that someone would die, their body would be taken to the restaurant, and a doctor would then remove the appropriate parts for preparation. The parts would then go to the chef, and they would — à la CHOPPED — have to come up with a recipe based on whatever parts they were presented with. They weren’t to euthanize or murder anyone, but simply — and respectfully — make use of donated bodies.

Although a little grim, the wording on the website was contemplative and pragmatic. “We see feasting as a spiritual act,” it said, “in which spirit and strength of the consumed creature is given to the guests.” Whether or not this credo was taken directly from the language of the Wari’ is debatable at best, but it does seem like a workable mission statement. For cannibals.

As soon as the website went up, it immediately drew fire from local politicians and journalists. It was such an outrageous idea, that it just avais to be addressed. Der Spiegel reported that it was likely some sort of prank or PR stunt, the source of which they couldn’t suss out. Local politicians were outraged and Michael Braun, the deputy floor leader for the conservative Christian Democrats in the Berlin state parliament had to go on record after receiving a flood of e-mails on the topic.

Braun said that the restaurant was a sick joke, likely spoofing the well-known 2001 German news story of the man who sold his own body to a cannibal. You likely recall the tale of Armin Meiwes, the cannibal who sought a volunteer to be eaten, found one, and spent several months slowly carving up and eating his victim. At the time of his arrest, Meiwes had eaten about 44 pounds of human meat. That’s about 176 Royales with cheese. (Meiwes, by the way, was sentenced to life in prison.)

Only about a week and a half went by, however, before Filmé was revealed to be — perhaps obviously — a hoax. Comme Le télégraphe reported (hilariously, in their Food & Drink section), a German vegetarian society called Vebu had arranged the website as a satire of the way humans so casually think about the consumption of meat. Carnivores, they theorized, look at menus too often, thinking nothing of the slaughter of cows, pigs, chickens, lambs, goats, crocodile, rabbits, and any number of animals. To shake the public out of their meat-based complacency, they decided to put humans in the place of their animal brethren, revealing how gross meat was in general.

The Vebu spokesperson, a man named Sebastian Zösch, was quoted as saying “Vebu wants to draw attention to all of us who are affected by the worldwide consumption of meat.” Les Filmé website was taken down in early September of 2010 with the following Vebu statement put up in its place:

Consuming human meat is an explosive issue. But nobody poses the question where meat which is consumed daily comes from, under which circumstances it is produced and what consequences it has on our environment.”

This sort of prank is always welcome, in this writer’s eye. It often takes something shocking to make people stand up and take notice, and a clever prank, revealing the cracks in a political or social construct, can be one of the most effective forms of protest. The world can always use tricksters who encourage at least a little anarchy.

Unfortunately, the prank — in this case, anyway — was much bigger than the message. More people remember that there actually était a Berlin cannibal restaurant (if anyone remembers it at all) than they do Vebu or its extreme messages of vegetarianism.

So, I am sorry to report, there was no Filmé restaurant… and, if you were morbidly curious, you cannot go to a remote restaurant in Germany to try out human steak. We have yet to reach levels of societal hunger (or upper-crust decadence) where a cannibal restaurant would be openly accepted by, well, anyone.

But just for a second, you thought it was possible… didn’t you?


Donors Wanted! Remembering That Cannibal Restaurant in Germany [NSFW]

Cannibalism is, to make light of it, perhaps the silliest of all taboos. There is something absurd about the thought of eating another person. At one moment, they are an intelligent and well-spoken peer, full of thoughts and emotions, and the next, they are mixed into your morning waffles. Does anyone else giggle at that cognitive dissonance, or am I just a sick weirdo?

However funny it may be, cannibalism has always dwelt at the fringes of our imaginations, usually in extreme horror movies or in the yellowed pages wicked old EC comics. It’s a fascinating taboo to contemplate, and we return to the notion again and again throughout history — (and throughout the pages of Blumhouse). Few actual people — according to anthropologists — have been known to regularly perform ritual cannibalism. One known notable tribe to have actually done so was the Wari’ tribe, a nomadic people of Brazil, who reportedly feed on the bodies of their dead as a form of respect. It’s not like the feasts from, say, THE GREEN INFERNO or CANNIBAL HOLOCAUST, but it is known to happen.

The Wari’ were also, back in 2010, the central inspiration for a restaurant in Berlin called Filmé that was, according to its pre-opening press release, the first ever cannibal restaurant.

Filmé drew a good deal of attention in the European press in 2010 when it opened up a (now defunct) website featuring a special questionnaire asking clients about their medical history, their body mass index, their pregnancy history, and what kind of physical shape they were in. The function of this survey was to find appropriate donors who were seeking to donate their own bodies to the restaurant’s kitchens. Oui, Filmé was, according to this survey, weeding out people… to serve to other people.

Details of the recipes were not included, sadly, so we can only conjecture what types of bodies they were seeking for what kinds of meals. Seeing as how little experience professional chefs probably have with preparing human flesh, it’s difficult to imagine what sort of people would actually make for the best meals. Although it’s likely that athletes would probably make for the best meat.

Filmé was also, according to its survey, seeking skilled surgeons to serve as the restaurant’s butchers. The idea, then, would be that someone would die, their body would be taken to the restaurant, and a doctor would then remove the appropriate parts for preparation. The parts would then go to the chef, and they would — à la CHOPPED — have to come up with a recipe based on whatever parts they were presented with. They weren’t to euthanize or murder anyone, but simply — and respectfully — make use of donated bodies.

Although a little grim, the wording on the website was contemplative and pragmatic. “We see feasting as a spiritual act,” it said, “in which spirit and strength of the consumed creature is given to the guests.” Whether or not this credo was taken directly from the language of the Wari’ is debatable at best, but it does seem like a workable mission statement. For cannibals.

As soon as the website went up, it immediately drew fire from local politicians and journalists. It was such an outrageous idea, that it just avais to be addressed. Der Spiegel reported that it was likely some sort of prank or PR stunt, the source of which they couldn’t suss out. Local politicians were outraged and Michael Braun, the deputy floor leader for the conservative Christian Democrats in the Berlin state parliament had to go on record after receiving a flood of e-mails on the topic.

Braun said that the restaurant was a sick joke, likely spoofing the well-known 2001 German news story of the man who sold his own body to a cannibal. You likely recall the tale of Armin Meiwes, the cannibal who sought a volunteer to be eaten, found one, and spent several months slowly carving up and eating his victim. At the time of his arrest, Meiwes had eaten about 44 pounds of human meat. That’s about 176 Royales with cheese. (Meiwes, by the way, was sentenced to life in prison.)

Only about a week and a half went by, however, before Filmé was revealed to be — perhaps obviously — a hoax. Comme Le télégraphe reported (hilariously, in their Food & Drink section), a German vegetarian society called Vebu had arranged the website as a satire of the way humans so casually think about the consumption of meat. Carnivores, they theorized, look at menus too often, thinking nothing of the slaughter of cows, pigs, chickens, lambs, goats, crocodile, rabbits, and any number of animals. To shake the public out of their meat-based complacency, they decided to put humans in the place of their animal brethren, revealing how gross meat was in general.

The Vebu spokesperson, a man named Sebastian Zösch, was quoted as saying “Vebu wants to draw attention to all of us who are affected by the worldwide consumption of meat.” Les Filmé website was taken down in early September of 2010 with the following Vebu statement put up in its place:

Consuming human meat is an explosive issue. But nobody poses the question where meat which is consumed daily comes from, under which circumstances it is produced and what consequences it has on our environment.”

This sort of prank is always welcome, in this writer’s eye. It often takes something shocking to make people stand up and take notice, and a clever prank, revealing the cracks in a political or social construct, can be one of the most effective forms of protest. The world can always use tricksters who encourage at least a little anarchy.

Unfortunately, the prank — in this case, anyway — was much bigger than the message. More people remember that there actually était a Berlin cannibal restaurant (if anyone remembers it at all) than they do Vebu or its extreme messages of vegetarianism.

So, I am sorry to report, there was no Filmé restaurant… and, if you were morbidly curious, you cannot go to a remote restaurant in Germany to try out human steak. We have yet to reach levels of societal hunger (or upper-crust decadence) where a cannibal restaurant would be openly accepted by, well, anyone.

But just for a second, you thought it was possible… didn’t you?


Donors Wanted! Remembering That Cannibal Restaurant in Germany [NSFW]

Cannibalism is, to make light of it, perhaps the silliest of all taboos. There is something absurd about the thought of eating another person. At one moment, they are an intelligent and well-spoken peer, full of thoughts and emotions, and the next, they are mixed into your morning waffles. Does anyone else giggle at that cognitive dissonance, or am I just a sick weirdo?

However funny it may be, cannibalism has always dwelt at the fringes of our imaginations, usually in extreme horror movies or in the yellowed pages wicked old EC comics. It’s a fascinating taboo to contemplate, and we return to the notion again and again throughout history — (and throughout the pages of Blumhouse). Few actual people — according to anthropologists — have been known to regularly perform ritual cannibalism. One known notable tribe to have actually done so was the Wari’ tribe, a nomadic people of Brazil, who reportedly feed on the bodies of their dead as a form of respect. It’s not like the feasts from, say, THE GREEN INFERNO or CANNIBAL HOLOCAUST, but it is known to happen.

The Wari’ were also, back in 2010, the central inspiration for a restaurant in Berlin called Filmé that was, according to its pre-opening press release, the first ever cannibal restaurant.

Filmé drew a good deal of attention in the European press in 2010 when it opened up a (now defunct) website featuring a special questionnaire asking clients about their medical history, their body mass index, their pregnancy history, and what kind of physical shape they were in. The function of this survey was to find appropriate donors who were seeking to donate their own bodies to the restaurant’s kitchens. Oui, Filmé was, according to this survey, weeding out people… to serve to other people.

Details of the recipes were not included, sadly, so we can only conjecture what types of bodies they were seeking for what kinds of meals. Seeing as how little experience professional chefs probably have with preparing human flesh, it’s difficult to imagine what sort of people would actually make for the best meals. Although it’s likely that athletes would probably make for the best meat.

Filmé was also, according to its survey, seeking skilled surgeons to serve as the restaurant’s butchers. The idea, then, would be that someone would die, their body would be taken to the restaurant, and a doctor would then remove the appropriate parts for preparation. The parts would then go to the chef, and they would — à la CHOPPED — have to come up with a recipe based on whatever parts they were presented with. They weren’t to euthanize or murder anyone, but simply — and respectfully — make use of donated bodies.

Although a little grim, the wording on the website was contemplative and pragmatic. “We see feasting as a spiritual act,” it said, “in which spirit and strength of the consumed creature is given to the guests.” Whether or not this credo was taken directly from the language of the Wari’ is debatable at best, but it does seem like a workable mission statement. For cannibals.

As soon as the website went up, it immediately drew fire from local politicians and journalists. It was such an outrageous idea, that it just avais to be addressed. Der Spiegel reported that it was likely some sort of prank or PR stunt, the source of which they couldn’t suss out. Local politicians were outraged and Michael Braun, the deputy floor leader for the conservative Christian Democrats in the Berlin state parliament had to go on record after receiving a flood of e-mails on the topic.

Braun said that the restaurant was a sick joke, likely spoofing the well-known 2001 German news story of the man who sold his own body to a cannibal. You likely recall the tale of Armin Meiwes, the cannibal who sought a volunteer to be eaten, found one, and spent several months slowly carving up and eating his victim. At the time of his arrest, Meiwes had eaten about 44 pounds of human meat. That’s about 176 Royales with cheese. (Meiwes, by the way, was sentenced to life in prison.)

Only about a week and a half went by, however, before Filmé was revealed to be — perhaps obviously — a hoax. Comme Le télégraphe reported (hilariously, in their Food & Drink section), a German vegetarian society called Vebu had arranged the website as a satire of the way humans so casually think about the consumption of meat. Carnivores, they theorized, look at menus too often, thinking nothing of the slaughter of cows, pigs, chickens, lambs, goats, crocodile, rabbits, and any number of animals. To shake the public out of their meat-based complacency, they decided to put humans in the place of their animal brethren, revealing how gross meat was in general.

The Vebu spokesperson, a man named Sebastian Zösch, was quoted as saying “Vebu wants to draw attention to all of us who are affected by the worldwide consumption of meat.” Les Filmé website was taken down in early September of 2010 with the following Vebu statement put up in its place:

Consuming human meat is an explosive issue. But nobody poses the question where meat which is consumed daily comes from, under which circumstances it is produced and what consequences it has on our environment.”

This sort of prank is always welcome, in this writer’s eye. It often takes something shocking to make people stand up and take notice, and a clever prank, revealing the cracks in a political or social construct, can be one of the most effective forms of protest. The world can always use tricksters who encourage at least a little anarchy.

Unfortunately, the prank — in this case, anyway — was much bigger than the message. More people remember that there actually était a Berlin cannibal restaurant (if anyone remembers it at all) than they do Vebu or its extreme messages of vegetarianism.

So, I am sorry to report, there was no Filmé restaurant… and, if you were morbidly curious, you cannot go to a remote restaurant in Germany to try out human steak. We have yet to reach levels of societal hunger (or upper-crust decadence) where a cannibal restaurant would be openly accepted by, well, anyone.

But just for a second, you thought it was possible… didn’t you?


Donors Wanted! Remembering That Cannibal Restaurant in Germany [NSFW]

Cannibalism is, to make light of it, perhaps the silliest of all taboos. There is something absurd about the thought of eating another person. At one moment, they are an intelligent and well-spoken peer, full of thoughts and emotions, and the next, they are mixed into your morning waffles. Does anyone else giggle at that cognitive dissonance, or am I just a sick weirdo?

However funny it may be, cannibalism has always dwelt at the fringes of our imaginations, usually in extreme horror movies or in the yellowed pages wicked old EC comics. It’s a fascinating taboo to contemplate, and we return to the notion again and again throughout history — (and throughout the pages of Blumhouse). Few actual people — according to anthropologists — have been known to regularly perform ritual cannibalism. One known notable tribe to have actually done so was the Wari’ tribe, a nomadic people of Brazil, who reportedly feed on the bodies of their dead as a form of respect. It’s not like the feasts from, say, THE GREEN INFERNO or CANNIBAL HOLOCAUST, but it is known to happen.

The Wari’ were also, back in 2010, the central inspiration for a restaurant in Berlin called Filmé that was, according to its pre-opening press release, the first ever cannibal restaurant.

Filmé drew a good deal of attention in the European press in 2010 when it opened up a (now defunct) website featuring a special questionnaire asking clients about their medical history, their body mass index, their pregnancy history, and what kind of physical shape they were in. The function of this survey was to find appropriate donors who were seeking to donate their own bodies to the restaurant’s kitchens. Oui, Filmé was, according to this survey, weeding out people… to serve to other people.

Details of the recipes were not included, sadly, so we can only conjecture what types of bodies they were seeking for what kinds of meals. Seeing as how little experience professional chefs probably have with preparing human flesh, it’s difficult to imagine what sort of people would actually make for the best meals. Although it’s likely that athletes would probably make for the best meat.

Filmé was also, according to its survey, seeking skilled surgeons to serve as the restaurant’s butchers. The idea, then, would be that someone would die, their body would be taken to the restaurant, and a doctor would then remove the appropriate parts for preparation. The parts would then go to the chef, and they would — à la CHOPPED — have to come up with a recipe based on whatever parts they were presented with. They weren’t to euthanize or murder anyone, but simply — and respectfully — make use of donated bodies.

Although a little grim, the wording on the website was contemplative and pragmatic. “We see feasting as a spiritual act,” it said, “in which spirit and strength of the consumed creature is given to the guests.” Whether or not this credo was taken directly from the language of the Wari’ is debatable at best, but it does seem like a workable mission statement. For cannibals.

As soon as the website went up, it immediately drew fire from local politicians and journalists. It was such an outrageous idea, that it just avais to be addressed. Der Spiegel reported that it was likely some sort of prank or PR stunt, the source of which they couldn’t suss out. Local politicians were outraged and Michael Braun, the deputy floor leader for the conservative Christian Democrats in the Berlin state parliament had to go on record after receiving a flood of e-mails on the topic.

Braun said that the restaurant was a sick joke, likely spoofing the well-known 2001 German news story of the man who sold his own body to a cannibal. You likely recall the tale of Armin Meiwes, the cannibal who sought a volunteer to be eaten, found one, and spent several months slowly carving up and eating his victim. At the time of his arrest, Meiwes had eaten about 44 pounds of human meat. That’s about 176 Royales with cheese. (Meiwes, by the way, was sentenced to life in prison.)

Only about a week and a half went by, however, before Filmé was revealed to be — perhaps obviously — a hoax. Comme Le télégraphe reported (hilariously, in their Food & Drink section), a German vegetarian society called Vebu had arranged the website as a satire of the way humans so casually think about the consumption of meat. Carnivores, they theorized, look at menus too often, thinking nothing of the slaughter of cows, pigs, chickens, lambs, goats, crocodile, rabbits, and any number of animals. To shake the public out of their meat-based complacency, they decided to put humans in the place of their animal brethren, revealing how gross meat was in general.

The Vebu spokesperson, a man named Sebastian Zösch, was quoted as saying “Vebu wants to draw attention to all of us who are affected by the worldwide consumption of meat.” Les Filmé website was taken down in early September of 2010 with the following Vebu statement put up in its place:

Consuming human meat is an explosive issue. But nobody poses the question where meat which is consumed daily comes from, under which circumstances it is produced and what consequences it has on our environment.”

This sort of prank is always welcome, in this writer’s eye. It often takes something shocking to make people stand up and take notice, and a clever prank, revealing the cracks in a political or social construct, can be one of the most effective forms of protest. The world can always use tricksters who encourage at least a little anarchy.

Unfortunately, the prank — in this case, anyway — was much bigger than the message. More people remember that there actually était a Berlin cannibal restaurant (if anyone remembers it at all) than they do Vebu or its extreme messages of vegetarianism.

So, I am sorry to report, there was no Filmé restaurant… and, if you were morbidly curious, you cannot go to a remote restaurant in Germany to try out human steak. We have yet to reach levels of societal hunger (or upper-crust decadence) where a cannibal restaurant would be openly accepted by, well, anyone.

But just for a second, you thought it was possible… didn’t you?


Voir la vidéo: cannibale russe en live (Janvier 2022).